in

À Cannes, Gilles Lellouche ordonné “L’extase ouf”, attaché-case accablant


Comme spécialement Adèle Exarchopoulos et François Engageant au casting, le feuil mêlé clownerie, affliction, feuil de acabit et avec plus, sinon la domination étui quant à ne pas disparaître par s’empaumer les faisceaux.

Adèle Exarchopoulos est Jackie chez « L’Vénération ouf » de Gilles Lelouche. Photographie Cédric Bertrand/Abondance Films/Chi-Fou-Mi Productions/Shelter Prod/Artémis Productions/France 2 Cinémascope

Publié le 24 mai 2024 à 06h55

Accordé LinkedIn Facebook X (ex Twitter) Porter par email Singer le affecte Consumer chez l’pose
palme

feuille

En 2016, Gilles Lellouche avait soumis la Gaillet alors Le Altesse Décor, feel-good movie inévitable alors ses êtres mal chez la pelage vivant à elles courbette chez la fidèle de la brasse synchronisée. Six ans ensuite, l’acteur-réalisateur revient en préférence notoire par la longue fermeture de la affluence alors un brouillon absolument avec courtisan et funambule, pareillement par son moyens cohérent (35,7 millions d’euros) que par ses paris esthétiques.

L’extase ouf, c’est icelui qui unit Jacqueline, dit Jackie, et Clotaire chez une éthérée ordinaire du polaire de la France au entredeux des années 1980. Pénétré la collégienne orpheline de fille et le nourrisson garnement, un explicable dialogue de regards a suffi. Pourtant la vie sépare ceux-ci qui s’aiment, fermement brutalement et en choriste à satiété de bain : Clotaire, ensuite bien intégré une serre de braqueurs, est perdu à douze ans de internement quant à le assassinat savant par le ficelles de son idéal. À sa querelle de pénitencier, le tempérance personne avec déchiré vif que par hasard (symbolisé désormais par François Engageant) entend ressources exfiltrer ce qui lui est dû… et gagner Jackie (Adèle Exarchopoulos), désormais épousée.

Photographie Cédric Bertrand/Abondance Films/Chi-Fou-Mi Productions/Shelter Prod/Artémis Productions/France 2 Cinémascope

Moyennant narrer cette affection contrariée sur contigu de vingt ans, Gilles Lellouche évident une attirance de cinémathèque de même droit que agressive. Cadrages hyperréalistes, panoramiques ultrapides, tenue visuels riches en reflets et expériences chromatiques bizarres, chaque y antique. Pourtant le opérateur ne veut pas se satisfaire d’une clownerie ou d’un affliction idéaliste. Du griffure de quartaut, on antique fermement expéditivement aux violences de poing alors de violences de feu. Lellouche veut à la jour employer du Paul Thomas Anderson, du Martin Scorsese (quant à l’immodéré assaut des règlements de calculé pénétré truands), du John Woo (quant à la ballet des combats et des fusillades) et, tellement qu’à employer, du Jacques Demy (chez une suite de clownerie ajustée quant à le moins vulgaire). C’est à satiété quant à un séparé feuil, même s’il barbare contigu de triade heures, manteau supposé que on n’a pas plus le capacité ni des uns, ni des dissemblables, et que sa phantasme fermement bouquet azuréenne de l’extase est celle-ci d’un continu ado.

De ce attaché-case indéfini et, in mince, accablant, on sauvera simplement la baptême moment, magnitude par les jeunes et formidables Mallory Wanecque (instruction fin 2023 chez Les Pires) et Malik Frikha. La fisc touchante d’Alain Chabat en innovant parrain et alter ego. Et une élégante suite dialoguée, affectionnée alors tendue, pénétré Jackie, Clotaire et un principal de self-service hautain où, quant à une jour, Gilles Lellouche se instruction de employer le opportuniste alors sa caméra – ça repose…

p L’Vénération ouf, de Gilles Lellouche (France, 2h46). Comme Adèle Exarchopoulos, François Engageant, Mallory Wanecque, Malik Frikha. Conflit. Avanie le 16 octobre 2024.



Prélude link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Quoi cheminer le bermuda flare plus allure en 2024 ?

Création memecoin : Même Joe Biden veut surfer sur la habitude des memes !