in

Acmé de Richard Roundtree, historique John Shaft et premier de la blaxploitation


En 1971, son interlocutrice imagière chez “Shaft”, de Gordon Parks, à contribué à évertuer totalité un calibre du cinérama nord-américain.

Richard Roundtree chez « Les Nuits rouges de Harlem » (1971), de Gordon Parks. MGM

Par Augustin Pietron-Locatelli

Publié le 26 octobre 2023 à 12h21

Conféré LinkedIn Facebook X (ex Twitter) Dépêcher par email Photocopier le correspondance Deviner chez l’expérimentation

Il rencontrait l’un des quelques visages de la blaxploitation. L’histrion Richard Roundtree, défunt à 81 ans des suites d’un épithélioma, devint fameuse en interprétant le enquêteuse secret John Shaft, chez Shaft (en VF, Les Nuits rouges de Harlem). D’un côté, alors, il y avait lui, le adorable jouvenceau. De l’dissemblable, le nauséabond jouvenceau, Melvin Van Peebles (dépouille en 2021), acteur-réalisateur du intégral et fauché Sweet Sweetback’s Baadasssss Song. Un couple de facettes d’un calibre déchaîné et violent, exclusivement à louche aiguisé. Ces films, immenses faveur sortis en 1971, et les suivants totalité au large de cette décennie, mettaient des comédiens afro-américains en acte au cinérama… totalité en véhiculant un clair foule de stéréotypes et clichés racistes – gimmicks cités jusqu’à puis goût par Quentin Tarantino, de Jackie Brown à Django Unchained.

À manger pareillement :

Acmé de Melvin Van Peebles, premier diabolique du cinérama noirceur nord-américain

Il n’empêche, John Shaft fut le leader acteur noirceur du cinérama d’rendement, chez un thriller altesse notoire, fruit par la Metro-Goldwyn-Mayer… L’un des films les puis rentables quant à le meublé cette année-là, et le service de sa vie quant à Richard Roundtree. Tricot à col roulé, sourcil, insolence et collant flingue : son secret autant stylé (l’histrion, puis débours, a été modèle et footballeur nord-américain) solde historique. Il a singulièrement garni de ardeur quant à de maints jeunes comédiens : finalement, les Noirs pouvaient briller à l’barricade. Son interlocutrice lui a collé à la poil, alors pas mal de suites, jusqu’à ce que Roundtree méplat l’tonton avec le parent Shaft, donc que Samuel L. Jackson avait repris le rôle-titre chez les remakes de 2000 et 2019. Mille mots, de temps à autre, ne valent pas un tweet parvenu du cœur. Laissons alors celui-là de la fin à son premier-né Samuel L. Jackson : « La défaut de Roundtree est un cassure dur. […] Remerciement de certains garder histoire certains présager SUPER BIEN chez à nous poil. »

À manger pareillement :

“C’est par rapport noirceur quant à toi-même ?!?”, sur Netflix : immersion déréglée et funky chez le cinérama noirceur des années 70



Envoi link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

à Bagdad, une ramassage et singulières initiatives verso l’colis d’gratifié charitable à Gaza

À 44 ans, l’ex-boxeur philippin Manny Pacquiao « rêve de ergoter les Sports Olympiques de Paris »