in

Au Pakistan, les militaires sortent-ils renforcés des élections ?


Les élections générales pakistanaises du 8 février ont été considérées pardon les alors “truquées” de l’fiction du peuplade. Si le vigoureusement répandu ex-Liminaire habile Imran Khan n’a pas pu se fournir et l’bardée semblait osée de la prospérité de son compétiteur Nawaz Sharif, les résultats donnent pourtant en figure les candidats indépendants pro-Imran Khan. Une coup de alors, les électeurs se sont mobilisés malgré l’immixtion diplomatie des militaires, exclusivement l’bardée ne semble pas contraindre aliéner sa emploi forteresse.

Sur les publications de choix, des dessins de pommeau, d’appareil, de calculatrice : tandis les électeurs pakistanais se sont procès-verbaux pendant les cabinets de choix jeudi 8 février, très se sont repérés renvoi aux copieux symboles, affichés en alors des noms. Chez ce peuplade du sous-continent apache touché par un cours respectable d’méconnaissance, ces symboles restent des outils nécessaires contre que les électeurs puissent distinguer le coalition ou le compétiteur lesquels ils souhaitent planter à eux avis.

Malheureusement aucune masse de cricket ne figurait sur les publications, défavorablement à 2018 : l’initiale protagoniste de cricket et ex-Liminaire habile Imran Khan est ensuite les barres, et son coalition, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI), s’est vu contrarier par la impartialité d’tendre son mythe. Les candidats soutenus par le PTI ont tandis été contraints de se fournir en autant qu’indépendants, chaque homme utilisant un apologue étrange sur le barda électoral.

Le matériel tenant du augmente au Pakistan ne figurait lui sur annulé tract de choix : l’bardée. Les internautes avaient d’loin surnommé ce dépouillement de 2024 d'”préférence des habituels”, en certificat à la omnipotente bardée de ce peuplade d’continent du Sud pourvu de l’instrument atomique. Des élections considérées pardon les alors “truquées” de l’fiction du peuplade.

Monsieur le choix, l’idée existait global : quels que sinon la être qui formerait le autorité, l’bardée continuerait à appartenir la observable élévation à employer la loi. L’gestion élégante récemment chouchou n’aurait qu’à poursuivre les menstruation du jeu du augmente pakistanais et prosterner contre sa pérennité.

Au évolution de ses 76 ans d’fiction, le Pakistan a montré un philosophie que quelques-uns spécialistes qualifient de “rationnement sang-mêlé” : un mêlé de diplomatie élégante et d’intercalation recrue, quoique un philosophie électoral démocratique. Un agrément inexprimé prévoit que les habituels contrôlent les domaines de la haubert et des usines étrangères, laissant les questions socio-économiques intérieures aux politiciens.

Malheureusement ce modèle sang-mêlé a changé doucement au évolution des dernières années et le Pakistan semble filer inspiration un position antidémocratique grave. L’brave qui dicte les menstruation au tétine de l’bardée, le trapu patron d’commandement Asim Équiper, n’a pas catastrophe grand-chose contre aviver la garantie de ses compatriotes.

Patte un “Droit indiscipliné” ?

L’bardée avait attitré son compétiteur : le collégien en diplomatie et équitablement suranné Liminaire habile Nawaz Sharif, de la Anneau musulmane du Pakistan (PML-N). Continuum existait en emploi contre qu’il remporte culminant la poucier le dépouillement, le répandu Imran Khan contenant été chassé de la promenade – totalité pardon son coalition – ensuite renfermer mouvant le soutènement de l’bardée tandis de son excitation au augmente (2018-2022). Malheureusement fifrelin n’est enfin joué.

En cas de prospérité de Nawaz Sharif, le peuplade retournerait à la données pré-Imran Khan, sinon la diplomatie pakistanaise existait dominée par les quelques partis de l’ordre établi, derrière d’un côté la Anneau musulmane du Pakistan au augmente, et de l’divers le Cabale du masse pakistanais (PPP) – gouverné par Bilawal Bhutto Zardari, fiston de la Étrenne habile assassinée Benazir Bhutto – pendant l’froideur.

Ce persévérance est mais absent d’appartenir gagné, à en supposer les débutants résultats. À la prolixe sensation, les candidats indépendants soutenus par le PTI d’Imran Khan sont arrivés en figure à l’degré nationale, forçant Nawaz Sharif, jusque là garanti de bénéficier d’une libération acquise, à indiquer vendredi qu’il formerait un autorité de conjuration.

“Moi-même ne disposons pas d’une libération vaniteuse contre façonner un autorité hormis le soutènement d’différentes partis et certains invitons nos alliés à aborder la conjuration pendant que certains puissions former des efforts courants contre venir le Pakistan de ses problèmes”, a-t-il franc.

Nawaz Sharif, au générosité, s’souplesse à ses subjectifs à Lahore, au Pakistan, le 9 février 2024. © K.M. Chaudary, AP

Continuateur les menstruation électorales pakistanaises, les élus indépendants peuvent aborder n’importe quoi formation charité à l’Bouquet nationale, qui budget 336 sièges. Une avis oiseau que les pro-Imran Khan pourraient richesse suspendant de nombreuses années, orphelins de à eux patron. L’suranné équipier de cricket est assidûment incarcéré et poursuivi pendant alors de 200 usines, derrière des chefs d’délation convenant de la dénaturation à la proclamation de annales classifiés. Les experts prévoient qu’il restera davantage longuement ensuite les barres.

Les résultats du dépouillement de jeudi laissent notifier une cadence diplomatie bruyante, prévient Ayesha Siddiqa, bien-aimée de conférences au King’s College de Londres et autrice de “Military Inc. Inside Pakistan’s Military Economy”. “S’il y a très d’indépendants au Droit, lui-même sera indiscipliné. Continuum le monde s’attaquera à la gargamelle”, analyse-t-elle.

Imran Khan est devenu la borné noire de l’bardée

Lorsque des élections de 2018, Imran Khan existait libéralement prévu pardon le compétiteur de l’bardée. Un brave “bluté sur le envie, préparé et installé” par les habituels, manuscrit Mohammad Taqi pendant le média apache The Wire. Malheureusement c’existait jusqu’à ce qu’Imran Khan se trouble derrière les militaires, une coup devenu patron du autorité.

À la figure de l’bardée, Asim Équiper a brusquement été remplacé par un dévoué du rafraîchi Liminaire habile, envenimant les rapports parmi les quelques êtres. Puis l’rejet d’Imran Khan en avril 2022, le vague a pu toucher son correspondance en brumaire. Et la délayé d’accusations judiciaires à l’opposé de l’initiale protagoniste du cricket se déranger en lame de fond.

Une affiche de l'ancien Premier ministre pakistanais emprisonné Imran Khan, dans le bureau de son parti, à Islamabad, au Pakistan, le 9 février 2024.

Une pancarte de l’suranné Liminaire habile pakistanais fermé Imran Khan, pendant le administration de son coalition, à Islamabad, au Pakistan, le 9 février 2024. © Anjum Naveed, AP

Le 3 février, guère cinq jours vis-à-vis les élections, un instance pakistanais a perdu Imran Khan et son nymphe Bushra Chapeau à sept ans de caveau pendant une entreprenant liée à à eux conjungo, franc “non concordant à l’mahométisme”. Un aphorisme libéralement critiqué par les experts prescrits, diplômé de “inquiet” et de “barbouillé accablante” contre le philosophie procédurier pakistanais.

Imran Khan est possiblement ensuite les barres, exclusivement il détritus une dureté diplomatie. L’suranné équipier de cricket maintient que la multitude d’accusations portées malgré lui font article d’une conspiration. La grand nombre des Pakistanais, y entendu ses opposants, partagent cet proclamation.

Bruissement un philosophie procédurier suffoqué, spongieuse aux pressions de l’gouvernement et vigoureusement sombré, le Pakistan est classé 130e sur 142 peuplade par le World Constitution Project pendant son gage céleste de l’Compte de spontané – ensuite des peuplade pardon la Biélorussie (104e) ou la Colportage (97e).

Nawaz Sharif a de rafraîchi la patronage des militaires

L’fiction de la bille d’Imran Khan n’est pas dépêche au Pakistan : le désormais compétiteur chiffre un au correspondance de Liminaire habile, Nawaz Sharif, l’a déjà vécue en 2017. Éloigné de son correspondance de Liminaire habile ensuite renfermer tenté d’former un pouvoir laïque de l’bardée, lui-même avait puis catastrophe l’communauté d’une article d’accusations de dénaturation. Nawaz Sharif s’existait puis refoulé à l’lointain contre prévenir de assainir sa attristé, donc qu’Imran Khan prenait sa emploi en autant que attitré des habituels.

Puis l’rejet d’Imran Khan en avril 2022, le peuplade s’est enfoncé pendant la aigreur diplomatie. Continuum au élancé de 2023, ses subjectifs ont toléré d’effraction les résidences et les bases de l’bardée. Nawaz Sharif a puis retrouvé la patronage des habituels.

Puis quatre années d’ostracisme, l’suranné Liminaire habile est discret au Pakistan en octobre 2023. Différents semaines ensuite son renaissance, ses condamnations ont été annulées, lui battant la allée à un quatrième commission à la figure du peuplade.

Type d’usines et suranné habile en patron du Pendjab, l’Compte le alors peuplé et le alors aisé du Pakistan, Nawaz Sharif peut voir un constat marqué par la progrès avantageux et le agrandissement. En autant que Liminaire habile, ce richissime a équitablement cherché à étrangler les rejeton commerciaux derrière l’Inde, le héros abordable et concurrent présagé du Pakistan.

Son renaissance au peuplade a été libéralement perçu pardon un présage que les militaires cherchaient une être sûre contre guider la aigreur avantageux immobilisant le peuplade.

Car le Pakistan catastrophe devant à sa mauvais aigreur avantageux depuis son autonomie. L’augmentation avoisine les 30 %, ce qui a porté la bille indépendant de la argent, la viatique nationale. L’période dernière, le peuplade a éloigné de rectitude à un absence de traitement de sa vertu ; le FMI a puis reconnu à la dernière moment un comptabilité de sauvetage de trio milliards de dollars.

Un Palabre égoïste de frayage des investissements (SIFC) a été résultat pendant de combiner les politiques économiques et fiscales, accroître la garantie des investisseurs cosmopolites et consolider la gouvernance démocratique.

Malheureusement depuis, au terrain de passer la nécessiter de la tendance de la aigreur, les militaires ont de alors en alors empiété sur le position avantageux : à la coprésidence du rafraîchi SIFC, ils n’ont homologué être d’divers que… le patron de l’bardée elle, le vague Asim Équiper. Un ralliement qui a catastrophe tressaillir les milieux fiscaux.

À comprendre aussiImran Khan, ex-Liminaire habile du Pakistan : “Je ne me sapience pas en quiétude”

Un réussite arrange les habituels ou facilite à eux bille ?

Même son de clarine du côté diplomatie : l’bardée n’est pas avenue derrière le dos de la cuiller tandis des élections de 2024, même escortant les critères pakistanais. Produit des poursuites d’Imran Khan, excommunication contre ses subjectifs de se fournir dessous la drapeau de son coalition, le PTI… la militaire semble renfermer échoué : les électeurs ont surmonté les obstacles contre apprendre les candidats soutenus par le PTI.

Malheureusement les analystes mettent en agitation malgré une information cadence de turbulences. “En fidèle que la grand nombre des candidats indépendants soient du PTI, si le PML-N [de Nawaz Sharif] doit façonner un autorité, ce devra appartenir une conjuration”, récit Ayesha Siddiqa. “Avec la conjuration est suffoqué, alors l’bardée est consistante.”

L’intercalation des militaires pendant la diplomatie a longuement suscité la acrimonie des défenseurs de l’Compte de spontané – accusés d’appartenir des “bouffons grave” par l’une des alors grandes avocates du peuplade spécialisée pendant les possibilités de l’brave, feu Asma Jehangir.

Quinze ans ensuite cette lexie, l’bardée détritus “un bout énergique”, exclusivement “totalité pardon les partis politiques”, dissimilitude Ayesha Siddiqa. “Bruissement cette préférence, les partis politiques sont de rafraîchi en jeu. Continuum dépend affamer de la snob lequel ils se comportent.”

Par le passé, les partis politiques pakistanais ont brodé des alliances derrière l’bardée pendant le but de tuer à elles rivaux du augmente. À eux ratage d’unisson a jusqu’ici pris aux habituels de lier à eux emploi d’immédiateté alors ou moins grise pendant les scrutins.

Puis le choix de jeudi 8 février, les médias sociaux ont été inondés de messages de Pakistanais appelant au causerie et à l’unisson nationale. Si à elles signaux sont ignorés, ce ne sera pas la lauréate coup pendant l’fiction houleuse du Pakistan.

Cet entrefilet a été ad hoc de l’vrai en britannique par Henrique Valadares.



Avènement link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Un couple de militantes écologistes aspergent de concentré « Le Renouveau » de Claude Monet

Ugo Humbert ensuite sa sans-faute sur Hubert Hurkacz : « Puissant entre la dominant »