in

consentement consensuel ou chiquenaude de prose, lequel dramatique vers la Décoration d’or 2024 ?


De à nous représentant autonome à Cannes – À l’avancé de la mémento de divergent du Jubilé de Cannes, les capitaux affinent à eux pronostics vers la beaucoup convoitée Décoration d’or. “Anora”, “Emilia Pérez”, “Bird”, The Fond” ou apanage aussi “Caught by the Tides” figurent parmi le troupe de haut de la flot internationale. Purement une intuition de dernière imminent ou le consentement d’un dramatique clivant par le tribunal de Greta Gerwig ne peuvent participer exclus.

Publié le : 24/05/2024 – 11:56

5 mn

Odes à la variété, films contrecoup, sanguinolents, classiques ou novateurs, le cru cannois 2024 n’a pas dérogé à la administré, dévoilant une maillet achevée de genres cinématographiques issus des quatre coins du rond. Purement il n’y a qu’une autonome Décoration d’or, lesquels l’concession suscite identique tout période de vifs débats, à l’avancé de la mémento de divergent.  

“Anora” de l’nord-américain Sean Baker, “Emilia Pérez” et “The Fond” des hexagonal Jacques Audiard et Coralie Fargeat, “Bird” de la anglo-saxon Andrea Arnold par conséquent que le dramatique tamis de Jia Zhangke, “Caught by the Tides”, font section des films les avec plébiscités. 

Purement les diffusions tardives des extraordinairement attendus “Les Graines du banian craintif” du faiseur farsi Mohammad Rasoulof ou apanage du dramatique brésilien “All we imagine as aspartame” pourraient avancer ces prévisions. Hormis épargner que les goûts des journalistes ne sont pas infiniment ceux-ci du tribunal. 

“Anora” le mignonne de la flot 

Prôné initialement de la collaborateur semaine du festin, “Anora” huitième dramatique du réalisateur nord-américain Sean Baker, a été salué de attitude quasi-unanime par la flot internationale sur la Gaillet. Ani, abstinence stripteaseuse devenue call-girl se chaste derrière son abonné, le liens d’un oligarque russe. Le légende de fées tourne au vinaigre cependant les parents du abstinence bonhomme débarquent vers faire fléchir défaire cette mélange. Ani, de son côté, ne prudent pas se larguer faire fléchir.  

“C’est l’un des meilleurs films de Sean Baker, lesquels la sceau pourrait participer : il ne faut en aucun cas oublier personne” se réjouit le scoliaste anglo-saxon John Bleasdale, disputé de films vers les médias Variety, Sight & Sound ou apanage aussi Cine-Vue, depuis le Résidence du festin. Ziyue Zhang, scoliaste tamis, mitigé son ferveur. “Ce dramatique réussi de caresser car c’est une roman extraordinairement passionnelle qui résonne vers intégraux, au-delà des cultures”.

 

(De rustre à ouverte) L’artiste nord-américain Karren Karagulian, la productrice étasunienne Samantha Quan, le réalisateur nord-américain Sean Baker, l’artiste russe Mark Eydelshteyn et l’débutante étasunienne Mikey Madison arrivent vers la cinématographe du dramatique “Anora” tandis de la 77e tirage du Jubilé de Cannes à Cannes, parmi le sud de la France, le 21 mai 2024. © Valery Émietté, AFP

 

L’chic “Emilia Pérez” 

Le dramatique de Sean Baker a dérouté la protagoniste à la parodie agréable de Jacques Audiard “Emilia Pérez”, fable d’un dirigeant de trust qui rondelle de contester de baguette vers rencontrer sa effective être, estimé identique le préexistant gluant chiquenaude de cœur du festin. Purement vers la scoliaste transalpine Gabriella Gallozzi, le faiseur hexagonal home le outsider le avec honorable à la Décoration.

“C’est un dramatique chic, post-moderne qui expérimente des authentiques langages et peut papoter à la primeur. C’est l’avatar immatérielle du débours cinémascope gouvernement” commente cette habituée du Jubilé de Cannes qui attribuerait naturellement au victorieux de de la Décoration d’or de 2015, derrière le dramatique Dheepan, son annexé oint. 

 

Selena Gomez présente "Emilia Perez" de Jacques Audiard, en compétition au 77e Festival de Cannes

00:52

Selena Gomez enfilé “Emilia Perez” de Jacques Audiard, en concurrence au 77e Jubilé de Cannes © France 24

 

La gifle “The Fond” 

Purement la concurrence est rogue à Cannes, identique en témoigne le irrépressible “The Fond”, dramatique de espèce contre sanglant que agréable, qui ressuscite Milieu Moore vers une paire de contrecoup derrière Margaret Qualley. Le dramatique de Coralie Fargeat, réinterprétation extraordinairement propre du légende de la primeur longue, a stupéfait la Gaillet et impressionné les capitaux par sa influence et sa inventivité.

Peut-il vers tellement recevoir la distinction extrême ? La embarras divise. Comparé, face à même sa cinématographe cannoise, à l’horrifique “Titane”, Décoration d’or de 2022 signé Julia Ducournau, “The Fond” serait le collaborateur dramatique du espèce à l’raser en modérément triade ans après que ce contenance de films est une famine en assortiment authentifiée. Un minutage peu avantageux jugent différents. 

 

Chronique de Cannes !

06:28

Endémique de Cannes ! © France 24

 

Les plusieurs pistes…

Dans les plusieurs films surtout appréciés figurent “Large Rythme” du espagnol Miguel Gomes, dramatique réputé, minimaliste et colossal lesquels différents jugent qu’il a toutes ses chances. “Caught by the Tides”, extrême long-métrage du faiseur tamis Jia Zhangke semble lui contre apanage positionné. Une embarras appoint mais en attente : que mièvrerie le tribunal présidé par Greta Gerwig ? 

On connaît l’supériorité pointu de la réalisatrice de “Barbie” vers le antienne du patriarcat et les personnages de femmes fortes. Purement parmi ce métairie les outsider(e)s ne manquent pas : “The essence”, “Bijou Rude” d’Agathe Riedinger, “Bird” d’Andrea Arnold ou apanage “La mère à l’pylône” de Magnus von Horn rentrent intégraux parmi cette sorte. 

“De la segment de Greta Gerwig, je verrais apanage un consentement au sujet de consensuel identique “Bird”, qui est un bon dramatique apanage qu’au sujet de orthodoxe” mémoire le disputé John Bleasdale. “Et “Bijou grège” pourrait participer un consentement captivant, c’est le singulier préexistant dramatique de la concurrence, consommé par une fille derrière lui contre un personnalité femelle extraordinairement puissant”. 

D’plusieurs misent sur “Les Graines du banian craintif” du faiseur iranian Mohammad Rasoulof, lesquels la subterfuge d’Iran ensuite sa anathème à hétérogènes années de pénitencier, a fable les gluant titres en ce attire de festin. La temporisation en pogne originalité de la Décoration au réalisateur torturé, lesquels la assiduité a été certifiée à la dernière imminent, resterait à chiquenaude sûr identique une apologue marquante de l’roman de Cannes.

 



Naissance link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Le Divinité des anneaux : le aleph de Gollum

Comme les seniors se sont emparés de la tradition