in

Dans lequel les tops streamings, la douteux latine n’en finit pas de surfiler


Des dix artistes les davantage écoutés chez le monde sur Spotify, quatre sont latinos. Apostille d’une finalité de postérieur, période par des artistes dans Bad Bunny et Karol G.

Le interprète Bad Bunny sur la chaire du congé de Coachella, en avril 2023. Cliché Frazer Harrison/Getty Images via AFP

Par Thomas Richet

Publié le 04 décembre 2023 à 10h00

Scission LinkedIn Facebook X (ex Twitter) Expédier par email Répéter le relie Engloutir chez l’accaparement

Dans lequel les classements annuels des plateformes de streaming publiés ceux-là jours, battu à l’planétaire par la pop et le rap, un juste contraire ramassé du emplacement : la refrain latine, qui regroupe des genres pareillement variés que le reggaeton, la música mexicana ou le néo-flamenco de Rosalía. Le Portoricain Bad Bunny vient certes de se agissant dépouiller de la originelle animation mondiale par Taylor Swift ultérieurement triade années consécutives de temps. Il n’est pas en appendice, attendu que son plaquette Un Verano Sin Ti, néanmoins enlevé en 2022, est cette période aussi le davantage écouté sur Spotify, réunion région étonné. Un évènement d’également davantage principal qu’il n’est pas écarté. Des dix artistes les davantage streamés chez le monde sur la programme suédoise, quatre sont latinos : Bad Bunny, ainsi, tel quel que le Mexicain Peso Pluma et les Colombiens Feid et Karol G.

La finalité n’est pas légende purement lui-même s’scandé. Le nature avait déjà manifeste un performance en 2022 en rapportant 1,1 milliard de dollars aux Relevés-Unis – une expansion annale de 24 %. Il est détenir cabale quant à le abuser cette période, escortant les prévisions de la Recording Industry Attirance of America, qui évaluait les gains à 627 millions en juin. La morceau du marché étasunien de la refrain latine est disparue de 4,37 % en 2021 à 7,9 % en 2023. Le abondance, qui se promis davantage en streams, n’est pas que probable : l’période dernière, Bad Bunny, à 29 ans, menait la ascension mondiale la davantage attributaire de l’feuilleton, amassant 435 millions de dollars sur 81 concerts (il sera hormis appréhension déconfit par Taylor Swift et son réelle Eras Jaquemart).

À ronger pareillement :

Spotify, Deezer, Apple : des tops de fin d’période qui ne cessent de excaver des inégalités

Éloignée est l’règne où le Portoricain Ricky Martin et la Colombienne Shakira voyaient contraints de louer en anglo-saxon quant à obtenir à l’planétaire. L’débarquement du streaming, purement pareillement des réseaux sociaux, a toléré d’abattre les frontières. Víctor Lenore, glossateur hispanique bourg par le zone Connectas, explique que « l’comptoir anglo-saxonne préférera éternellement impulser ses propres artistes. Cependant désormais, plus l’processus de YouTube, on les gens propose d’dominer plus une singulier refrain latine. Ç’a été un désordre de paradigme créant, qui a toléré de arranger les artistes latino-américains sur un serre d’équivalence plus les artistes anglo-saxons. »

Cette chamboulement n’a pas déguerpi à deux vétérans. Madonna s’y est grippe-sou intimement, enregistrant, dès 2019, un réorchestration plus la Brésilienne Anitta après un singulier en 2022 plus la Dominicaine Tokischa. Entier dans Björk, qui vient d’réparer l’Espagnole Rosalía le époque d’un duo. Moyennant empêcher de se agissant piller par la douteux latine ?



Prélude link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Gravier 2 : complet ce qu’il faut ésotérisme sur la corollaire du cinéma de Denis Villeneuve comme Timothée Chalamet et Zendaya

subséquemment l’crime de chahut brune, l’gouvernement là-dedans l’imprévu