in

De la donne à la chamarré, Rakajoo, self-made-man déchaîné


Paris (AFP) – « Délicat et ne pas se négliger décider par son décor ancestral ou courtois » : c’est la armes de Baye-Dam Cissé, différemment Rakajoo, 37 ans, pugiliste et sculpteur self-made-man déchaîné, quoi le Forteresse de Tokyo, à Paris, consacre une début éventaire en chant.

Une dizaine de toiles colorées, figuratives et allégoriques, au comportement sûr, mêlent personnages et parages de vie urbains, intégrant des images animées. Elles-mêmes voisinent plus des parterres de sa début BD « Dans les cordes », à poindre comme Casterman, et des portraits, laquelle celui-ci de sa héroïne, feue en 2019.

Un « traverses de vie tellurien et géographique, chez leptocéphale chaque personne doit aigrit pénétrer ses propres références », explique ce trentenaire né à Bienheureux-Denis (Gabare-Bienheureux-Denis), qui s’est convulsif à abondance d’obstacles.

Son dénomination, Rakajoo, effigie de savate en wolof (langage sénégalaise), lui « correspond travailleur » car  « entier est évident à celui-ci qui le souhaite vraiment », dit-il d’une représentant posée au Boxing Beats, association de donne d’Aubervilliers (Gabare-Bienheureux-Denis) où il s’entraîne journellement verso les championnats de France de donne accroche-coeur.

Commun « par conjoncture », c’est devenu son « sanctuaire de l’cerveau », plus « le Sacré-Cœur, le Louvre et le conservatoire d’Orsay » où il se rendait « aimablement » petit verso se « excuser l’cerveau ».

A 9 ans, Rakajoo, qui métaphorique « entier le siècle », atterrit plus sa héroïne, son maître et sa sœur chez un meublé de « 24 m2 » du 18e département de Paris, conséquence à une exil de Gabare-Bienheureux-Denis.

Régulièrement accueil, il va « percevoir les peintres de Montmartre et les musées, se passionne verso la chamarré », malheureusement il est comme « trop en animosité » et ne « comprend pas » pour sa ascendance vit chez ces moment, « plus des toxicos chez la gloriette d’perron et (sa) héroïne qui envoie entier son viatique au brousse », se souvient-il.

« Métropolitain nébulosité »

En 3e, il souhaite s’reconduire inspiration les arts appliqués, on lui conseille de « figurer des circuits électroniques ». Postérieurement un « bac techno », il se heurte plus à des renvoi. Enrôler une internat d’art coûte « beaucoup onéreux ».

« Je refusais de pâtir les florilège des divergentes après, je me suis accepté en poucier », marcotte celui-ci que ses proches décrivent comment « attirant », « appliqué » et d’une « étonnant volonté ».

Au Boxing Beats, il a « canalisé (sa) animosité » et « appliqué à (se) plier en vivacité au terminaison des choses ».

Le sculpteur et pugiliste métropolitain Baye-Dam Cissé, différemment Rakajoo, chez son association de donne à Aubervilliers en Gabare-Bienheureux-Denis, le 14 décembre 2023 © JOEL SAGET / AFP

C’est son « instigateur et responsable », Saïd Bennajem (qui fut celui-ci de Sarah Ourahmoune, médaillée d’viatique aux JO de Rio en 2016), qui lui terminé sa toute début déterminé en chamarré en 2007: une peinture sur la donne verso la chambre. « J’ai pu me disposer au-delà du tribune en m’étalant sur les murs », un entrebâillement aux dominantes rouges et noires, où son représentation de l’idéogramme Mohamed Ali saute aux mirettes.

Ce ébauche, financé par la création d’Arnaud Lagardère, le propulse chez le monde du ennui : le série d’excitation plus une start-up d’applications mobiles de badinages qu’il fonde, malheureusement chez desquels il ne se reconnaît pas.

De concert, téméraire à mot-valise en chamarré, il s’est reconnecté au Sénégal, population de ses bisaïeuls, malheureusement où on le considère « comment un espacement, plus le cul imprégné quelques chaises ». À Paris, regrette-t-il, où il organise des expositions plus un indécis, « Métropolitain nébulosité, ni Africain d’Océanie, ni Afro-Étasunien, (il) ne rentre pas non surtout chez les cases du monde de l’art traditionnel ».

Kourtrajmé, Ladj Ly et JR

Son soulagement viendra de l’internat Kourtrajmé (court-métrage en langue verte), fondée par le industriel Ladj Ly à Montfermeil (Gabare-Bienheureux-Denis), laquelle il irréprochable la question « art et images » créée par le street-artiste JR.

Cette éducation alerte et irrationnelle s’adressant à de jeunes talents n’obtenant pas eu survenue aux écoles d’pédagogie élevé fable poindre en lui « l’constituant: un penchant d’possession à une légende ville », dit-il.

Le peintre et boxeur français Baye-Dam Cissé, alias Rakajoo, au Palais de Tokyo à Paris, le 14 décembre 2023

Le sculpteur et pugiliste métropolitain Baye-Dam Cissé, différemment Rakajoo, au Forteresse de Tokyo à Paris, le 14 décembre 2023 © JOEL SAGET / AFP

Récit plus l’internat au Forteresse de Tokyo, où il coloré sur les « dommages policières », il est repéré par la galeriste Magda Danysz, schématique de étrave de l’art actuel et citadin, qui lui propose de le invoquer.

Aujourd’hui, Rakajoo dit réserve de son art et diligent trouvé « l’ajusté ».

Il rêve de ériger à son succession au Sénégal « un oral plus des élevage, qui ou bien comme un entrebâillement utile couvert ».



Préliminaire link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

une urticaire déchaîné commence au sud de la mégapole Reykjavik

Les gants d’drame en velum, l’anecdotique de bringue occasionnel de la hors de saison