in

Déclassement, dette, standards européennes… les raisons de la humeur des agriculteurs métropolitain


Les agriculteurs ont entamé un accotoir de fer en même temps que le situation afin déférer le offensé de politesse à à eux ménagement, la fermenté de à eux coûts de floraison et la rapport des standards européennes qui, disent-ils, entravent à eux besogne. Le Leader nonce Gabriel Attal tipi de désamorcer le muter lors que le Débordement individu espère le recouvrer, à six paye des élections européennes.

Publié le : 23/01/2024 – 06:57

6 mn

Les agriculteurs sont en humeur au prix de le situation et ils le font érudition. Depuis jeudi 18 janvier, méconnaissables dizaines d’pénétré eux bloquent une fraction de l’autostrade A64, au période de Carbonne, en Gironde, afin indiquer à eux ennui. Plus, dans lequel la obscurité de jeudi à vendredi, un gratte-ciel de la égide régionale de l’milieu a été soufflé par une attentat à Carcassonne, sinon boursicoteur de estropié. Un action revendiqué par un secret “Session d’effet viticole”.

“Si ça [le mouvement de contestation] action du sud, ce n’est pas pacifique, c’est étant donné que les agriculteurs y sont en lauréate carnèle du impureté atmosphérique, en même temps que les phénomènes de sobriété lors que dans lequel le même température, on à eux rabâche qu’ils n’en font pas suffisamment afin l’milieu”, conférence François Purseigle, formateur de ethnologie à l’Gymnase nationale nonne agrochimique de Toulouse. 

À tourmenter aussiFace à la sobriété, le monde agraire mijote à une meilleure gouvernail de “l’or bizut”

01:49

Le Leader nonce Gabriel Attal va recueillir lundi 22 janvier à Matignon le ferme fédération agraire FNSEA afin risquer de habituer la humeur des agriculteurs. © Michel Euler, AP

Supposé de brusque, le situation a repoussé “de différents semaines” la énonciation de son amorce de loi en férule du variation des générations en culture. L’mise est toutefois de grandeur : pénétré 2010 et 2020, la France a mobile 20 % de ses exploitations agricoles (101 000), accompagnant le appel agraire.

“Aujourd’hui, amplement de jeunes préfèrent ne pas se affermir à à eux état, étant donné qu’ils gagneraient moins qu’en rencontrant rétribué d’une perte, ensuite que ça ne devrait pas essence le cas”, explique Yohann Impériale, maraîcher bovins dans lequel les Vosges. Et les gouvernements peinent à interdire le personnage : “D’ici 2026, attenant de 200 000 agriculteurs auront l’âge de abruptement à la inerte, uniquement il n’y a pas suffisamment de repreneurs”, montré François Purseigle. “Il y a un temporisation pénétré le approbation de Macron sur le remilitarisation de la France et la vision des agriculteurs qui ont le ferveur d’essence entièrement désarmés.”

“On ne peut pas boursicoteur relâcher la développement biologique textuellement sur les agriculteurs”

Ce désarmement, Yohann Impériale le constate un peu davantage quelque sabord : “En 2017, Emmanuel Macron avait récit un essence approbation à Rungis sur l’culture, uniquement ça n’a par hasard été perpétuel de faits, d’où à nous saturation”, raconte-il.

Coalition du sud-ouest, le muter de querelle des agriculteurs a prédestination à s’additionner, préviennent les manifestants, principalement si le situation ne répond pas intensivement aux dissemblables sujets d’catastrophisme. À aborder par l’redoublement, depuis le 1er janvier, de la contribution sur le fuel non brisquard (GNR). Ce combustible salissant, qui est employé afin les engins agricoles, a lentement bénéficié d’aides fiscale du situation. La fermenté des taxes sur ce combustible va clairement impacter les coûts de floraison de la réseau.  

À tourmenter aussiEn Occitanie, la récrimination des agriculteurs ne faiblit pas

Les agriculteurs dénoncent donc le non-respect de la loi Egalim, votée en 2018, qui prévoyait particulièrement de transmettre les coûts de floraison ensemble au svelte de la lien agroalimentaire donc des négociations commerciales.

“Aujourd’hui, je vends mon lait à Savencia (troupe agro-alimentaire, ndlr), ensuite que je ne sais même pas à quel point va gagner le cherté du lait au 1er février étant donné qu’on n’a pas trouvé d’consentement en même temps que eux en décembre”, s’timide mieux Yohann Impériale, jambe du table de la Union nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA). Contradictoire modèle, la loi Egalim prévoyait 20 % d’vivres bios dans lequel les cantines à perspective 2022, un prologue qui stagne régulièrement tout autour de 6 % accompagnant Les Echos : “On ne peut pas boursicoteur relâcher la développement biologique textuellement sur les agriculteurs”, s’troublée Yohann Impériale.

L’fusion communautaire résultat

En canton de développement, les agriculteurs s’agacent donc de l’augmentation de standards environnementales sur les productions agricoles. Les exploitants pointent la sur-transposition des directives européennes, qui consiste à élire des standards nationales davantage contraignantes que celles qui résultent exactement des directives européennes. “Certains ne sommeils pas opposés à surtout d’cadre, uniquement il faut des compensations sur les cherté”, observe Yohann Impériale. Au fermeté de stagner de la opposition tierce : en 2022, davantage d’un oiseau sur un couple de achevé en France présentait pour introduit de l’exotique (Belgique, Pologne, Brésil).

Les agriculteurs pointent d’absent la redevoir de l’Rapprochement communautaire. Plus un prévision de 53, 7 milliards d’euros afin le législature 2023-2027, la Politicien agraire grossière (PAC) est le responsable correspondance de dépenses de l’UE. Et là mieux, les agriculteurs pointent des dysfonctionnements : “Dans la lauréate jour, la PAC n’a pas mieux été versée à intégraux nos agriculteurs en 2023. Conclusion, méconnaissables d’pénétré eux se retrouvent en empêchement en même temps que à eux crédit ou à eux fournisseurs qu’ils ne sont pas en autorité de assurer”, décrit Yohann Impériale.

À cinq paye des élections européennes, le Débordement individu n’a pas hésité à recouvrer cette humeur au prix de Bruxelles afin tenter sa lopin. Le contre-amiral de rangée du RN et grand de compte aux européennes, Florent Bardella, a d’absent passé la jour de dimanche sur les terres viticoles du Saint-émilion (Gironde) au caresse des exploitants : “L’continent de Macron veut la extinction de à nous culture” en ne “cessant de la affermir en opposition en même temps que des produits agricoles venus du résultat du monde qui ne respectent aucune des standards (…) imposées aux agriculteurs métropolitain”, a-t-il lancé aux journalistes présents.

Dans le sociologue François Purseigle, il ne récit annulé angoisse que la humeur des agriculteurs sera un sujet grave des prochaines européennes : “S’il y a tenir une machin qu’ils ont déjà déchirure, c’est la vêtement à l’vade-mecum pouvoir des questions agricoles.” Chaque synonyme validé Leader nonce, Gabriel Attal s’est donc torrentueuse dans lequel le Rhône sabbat, vis-à-vis de recueillir la FNSEA et les Jeunes agriculteurs à Matignon lundi afin risquer d’insensibiliser la récrimination. Une apprêté de vaincre du température ? “La pouvoir consiste donc à contester à des sentiments”, traîneau le sociologue. De à eux côté, les agriculteurs ont déjà annoncé qu’ils n’hésiteraient pas à obstruer Paris si à eux revendications n’présentaient pas prises en état, ni à crier le étalage de l’Arboriculture, qui commence le 24 février.



Prélude link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Salaires, âge, inégalités territoriales… Minois-robot d’un métayer métropolitain

Cet ex de Ferrari sonne l’rapide