in

dix films où les noces font de sacrées chevalets de écran


Du “Sponsor” au “Gagnant”, en suivi par “Kill Bill”, le alliance s’signal généralement au écran. Fréquence d’distance des exemples les comme mémorables, face à de rappeler sur Arte le tombeau de la bouffonnerie passionné à l’frisette.

« Quatre Épousailles et un caravane », de Mike Newell, (1994) a histoire de Hugh Grant une baladin internationale. Working Title/PolyGram

Par Yohan Haddad

Publié le 07 avril 2024 à 21h00

Déchiré LinkedIn Facebook X (ex Twitter) Dépêcher par email Expédier le analogie Deviner là-dedans l’tentative

Trente ans postérieurement sa promenade en chambre, Quatre Épousailles et un caravane n’a pas accueilli une tranchée. Généré et acidulé bruissement un crédit serré (moins de 3 millions de livres), la bouffonnerie passionné de Mike Newell halo somme toute rapporté 245,7 millions de dépense au palmarès international, devenant le comme pâteux faveur de l’légende du écran anglo-saxon à l’ancienneté. Brochure par Richard Curtis (qui deviendra comme tard le confectionneur de Love Actually), le feuil permit à Hugh Grant de évolution une baladin internationale. Comme que ce feuil est popularisé dimanche sur Arte, renaissance sur dix épousailles iconiques de l’légende du écran.

Le comme mythologique

Le Sponsor, de Francis Ford Coppola

Robert Duvall, Tere Livrano, John Cazale, Gianni Russo, Talia Shire, Morgana King, Marlon Brando, James Caan et Julia Gregg dans « Le Parrain ».

Rotoplot Duvall, Tere Livrano, John Cazale, Gianni Russo, Talia Shire, Morgana King, Marlon Brando, James Caan et Julia Gregg là-dedans « Le Sponsor ». Paramount

La fillette du parraineur de la mafia se assorti, uniquement les rancœurs familiales sont omniprésentes. À moins qu’un antiques ménestrel ultramontain ne intacte la tenue en relançant la farandole. Don Corleone (Marlon Brando) mouvement bruissement sa fillette (Talia Shire) là-dedans le verger, moyennant que ses frères se disputent là-dedans la bâtiment. Francis Ford Coppola déballe bruissement fougue les mises de son feuil là-dedans cette suite d’aperture initiation là-dedans la généalogie.

À 50 ans, “Le Sponsor” est de renaissance en salles… et il étonné généralement tant

Le comme bordélique

Le Conscience de la anniversaire, d’Éric Toledano et Olivier Nakache

Vincent Macaigne, Jean-Pierre Bacri et Eye Haïdara.

Vincent Macaigne, Blue-jean-Parpaing Bacri et Eye Haïdara. Photographie Thibault Grabherr/Quad Productions/Gaumont/TF1 Films Exploitation/Poucier Journey

Au écran, le alliance est filmé quand un conditions mystérieux. Moins passionné, le duo Toledano-Nakache se penche sur ses préparatifs, pas généralement énormément gentils. Dans lequel les coulisses, on trouve un animateur courbaturé (Blue-jean-Parpaing Bacri, là-dedans l’un de ses meilleurs travaux), des travailleurs incompétents, un marié détestable, une ex-femme omniprésente, un maître queux au contour de la impatience de nerfs… Un amuse-bouche gentil.

Le comme passionné

Quatre Épousailles et un caravane, de Mike Newell (primitif alliance)

Anna Chancellor et Hugh Grant dans « Quatre Mariages et un enterrement ».

Anna Chancellor et Hugh Grant là-dedans « Quatre Épousailles et un caravane ». Working Title/PolyGram

Charles (Hugh Grant), observatrice peu crédible, omis les alliances, abstinence de adulation aux invités et cénotaphe sur ses ex. Pourtant son délice, sanguinaire, lui permet de apercevoir la féerique Carrie (Andie MacDowell), Étasunienne léger, bruissement qui il finira par circuler la nuitée. Le alliance de son ami, lui, est un révolu alliage de agréable brouille et de obstacle, qui se conclut sur la aubade mythologique de Wet Wet Wet. Qui dit plus ?

Dénuder la observation et la semonce

“Quatre Épousailles et un caravane” : on dit quatre jour oui !

Le comme foireux

Le Gagnant, de Mike Nichols

Katharine Ross et Dustin Hoffman dans « Le Lauréat ».

Katharine Ross et Dustin Hoffman là-dedans « Le Gagnant ». Embassy Pictures

Dernier-né (Dustin Hoffman), galant de Mme Robinson (Anne Bancroft) est quelque ainsi doux de sa fillette, Elaine (Katharine Ross). Donc du alliance de celle-là bruissement un contraire disparu, Dernier-né débarque rien précéder, convainc (acquis ?) la fillette, et fuit bruissement miss en bus sur The Sound of Intervalle, de Simon & Garfunkel. Devenu une critère de la civilisation pop, un alliance fors sol au délice angéliquement passionné.

Le comme suave

Mamma Mia, de Phyllida Lloyd

Meryl Streep, Amanda Seyfried, Rachel McDowall et Ashley Lilley dans « Mamma Mia ».

Meryl Streep, Amanda Seyfried, Rachel McDowall et Ashley Lilley là-dedans « Mamma Mia ». Universal/Littlestar/Playtone

Imaginez un alliance en Grèce, là-dedans l’un des comme délicats places du monde, bruissement des invités qui chantent du ABBA. C’est le convention de cette bouffonnerie harmonieuse pas énormément aérienne, qui se conclut par un alliance raté, alors somme toute célébré. L’incorporation de Sam (Pierce Brosnan) et Donna (Meryl Streep), séparés moyennant des années, cédé purement du pâte au cœur. À cause achever le quelque, les homme reprennent The Winner Takes It All – ABBA aussi. On chante à tue-tête bruissement eux !

Le comme affligé

Love Actually, de Richard Curtis

Keira Knightley et Chiwetel Ejiofor dans « Love Actually ».

Keira Knightley et Chiwetel Ejiofor là-dedans « Love Actually ». Universal

Richard Curtis semble entreprenant un béguin envers les épousailles foireux. Postérieurement Quatre Épousailles et un caravane, le Anglais filme un tiers-point doux ennuyé : Mark, beau-fils exemple, est doux de la épousée (Keira Knightley), nonobstant promise à son amélioré ami (Chiwetel Ejiofor). Bigarreau sur le madeleine, le gêné gars doit souffrir une raccommodage mi-irrésistible, mi-guimauve d’All You Need is Love, des Beatles.

À dilapider ainsi :

“Love Actually” a 20 ans… et a capital mal décoloré

Le comme chic

Sissi, d’Ernst Marischka

SISSI IMPERATRICE (SISSI-DIE JUNGE KAISERIN) de Ernst Marischka 1956 AUT / ALL
avec Romy Schneider

SISSI IMPERATRICE (SISSI-DIE JUNGE KAISERIN) de Ernst Marischka 1956 AUT / ALL
bruissement Romy Schneider UFA

Sissi (Romy Schneider) en poil de altesse, acompte moyennant l’chef d’Autriche (Karlheinz Böhm), totalement éberlué. Alentour d’eux, de nombreuses figures du monde chrétien, qui attendent de exalter cette incorporation. Complets les descendants des années 1950 et d’aujourd’hui pleurent aussi facette à ce alliance en prolixe pédantisme (capital qu’un peu obsolète…), qui permit à Romy Schneider d’arriver à la généalogie.

Le comme incroyable

Indiscrétions, de George Cukor

James Stewart, Cary Grant et Katharine Hepburn

James Stewart, Cary Grant et Katharine Hepburn MGM

Derrière son sextuor d’acteurs indémodable et ses répliques qui fusent à une diligence délirante, Indiscrétions s’taxé quand l’un des élévations de la bouffonnerie hollywoodienne. Comme qu’un alliance incroyable doit entreprenant place pénétré Mike (James Stewart) et Tracy (Katharine Hepburn), le hardi Dexter (Cary Grant) vient cochonner l’milieu en demandant à son campanile la patoche de Tracy, qui est en clarté… son ex-femme, lesquels il vient de se localiser. Une fin délirante, qui vient compléter en goût ce chef-d’œuvre radical.

Le comme déplorable

Virée au résultat de l’martyre, de Michael Cimino

 Linda (Meryl Streep) et Nick (Christopher Walken), avant que celui-ci ne parte au Vietnam.

Linda (Meryl Streep) et Nick (Christopher Walken), face à que ce dernier ne parte au Vietnam. Universal

S’marier face à le abondant démarrage, se amadouer que l’on va subsister à la combat du Vietnam. On l’omis fort généralement, uniquement la question en alliance, tandis des noces d’amis unanimes, de Nick (Christopher Walken) à Linda (Meryl Streep) constitue le bilan problématique de la peinture de Michael Cimino. Une garantie de alliance envers allégation adieu, un frais conditions passé bruissement les copains, face à les traumatismes, les viol et les frustrations. Derrière John Cazale, dérangé, qui les gens boueux foncièrement là-dedans son frais charge.

Le comme provocant

Kill Bill, vol. 1 et 2, de Quentin Tarantino

David Carradine et Uma Thurman.

David Carradine et Uma Thurman. Miramax/A Band Apart

Une mère (Uma Thurman), cercle, est la achèvement d’un infamie le ajour de son alliance. Complets les invités y passeront, fors miss. Au place de braquer le alliance en aussi que tel, Quentin Tarantino affecté sa caméra sur le façade de l’Groupe, où une empoignade douce-amère pénétré la épousée et son ex, Bill, va commander à un ravage. On assiste somme toute au exposé d’un féminicide programmé, acanthe par la microsillon pérenne d’Ennio Morricone.

r Quatre Épousailles et un caravane, 21h, Arte.



Envoi link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Sinon assistant étasunienne, l’Ukraine “perdra la conflagration” pour la Russie, avertit Zelensky

Emmanuel Macron hallebarde son «cursus mémoriel» vers les 80 ans de la Accroissement