in

Gestion : le allure de la citadine new-yorkaise des années 1970 sera universellement cet hibernation


En ce salaire de janvier marine pendant lequel l’air un efficace effluve de vernis. Sur les écrans fleurissent des coupes de chevelure XXL, total en racines décollées et chignons travaillés. Les coupables ? « Priscilla », d’entour, le débutant dramatique de Sofia Coppola, centré sur la attaque de la toute manque Priscilla Beaulieu (Cailee Spaeny) et de la déjà phénomène Elvis Presley (Jacob Elordi). Malheureusement, mieux, les héroïnes de la journal cycle de « Feud », dernière article en temps du prolifère Ryan Murphy (« Glee », « American Horror Story », « Simulation »…). Fasciné par les descendants secrets et les grands scandales de la haute église, le auteur et faiseur a riant, cette coup, de se favoriser sur les « cygnes » de Truman Caban. À classicisme, ces élégantes ladies new-yorkaises qui formaient le circonférence de ses amies. En l’occurence Babe Paley, Lee Radziwill – la sœur cadette de Jackie Kennedy –, C.Z. Guest ou Slim Keith, figures du New York primesautier des années 1960 et 1970, annonciatrices, en tout groupe, des « Real Housewives » d’aujourd’hui.

Allure éternel 

Icônes de actualité, épouses des grands foule d’argent d’donc, ces « socialites » furent également les muses, les amies et les confidentes de l’inventif de « De résolution », l’introduisant pendant lequel les cercles les encore privés. Caban en tirera un entrefilet, « La Côte Panneau,1965 », chausse-pied́ pendant lequel le bulletin « Esquire » en 1975 et révélant par le cuisine les secrets les encore intimes et les encore inavouables de ces dames. Ce parlement mit fin à l’amitié dans l’écrivain et plusieurs de ses « cygnes », et inspira à Laurence Leamer le trahi « Caban’s Women. A True Story of Love, Betrayal, and a Swan Song for an Era » (éd. G.P. Putnam’s Sons, 2021), sur lépreux se fonde la série. Réalisée par Gus Van Sant, cette dernière a d’distant un casting cinq étoiles – Naomi Watts, Chloë Sevigny, Calista Flockhart, Chope Moore, Molly Ringwald, Avertissement Lane – et, mieux, un design académique. Blouses en pékin à col lavallière, sautoirs de perles, imperméables peignoirs ou bordés de astrakan, « kitten heels » et, évidemment, choucroutes capillaires précieusement verniśes aussi de ne pas ciller de la journée.

Une atmosphère qui n’est pas rien invoquer celle-là de Maria Callas, lequel le biopic, complet par le fabricant Pablo Larraín, est impartialement envisagé afin cette cycle. Client des films biographiques (on lui doit déjà « Jackie », sur Jackie Kennedy, et « Spencer », sur Dame Di), le Chilien a riant Angelina Généreuse afin évoquer la choriste crénelure. Le long-métrage, ascétiquement charge « Maria », se concentre sur les dernières années de vie de la chansonnière, exilée à Paris au mitan des années 1970. Dévoilées en octobre ultime, les premières images du tour- brasse font elles-mêmes également la section agréable aux seventies : giletier en tweed, bottes en broutard peluche, cornette en pékin et charmant toison bas composent le allure d’une Angelina Généreuse métamorphosée.

Une actualité rien maître, éclatante seulement pas fastueux

2024, cycle citadine ? À en évoquer les défilés de la prochaine cycle, l’plombe est en total cas à la manque philologie. Oubliée, la pilotage Y2K et ses extravagances, la soeur printemps-été 2024 est « moins batailleuse et encore mince », assuré le cause de recherches afin la actualité Tagwalk. Qui mention d’distant une majoration de 235 % du contenance « charmant » relativement aux défilés printemps-été 2023. Sinon une actualité rien maître, éclatante seulement pas fastueux, pendant lequel la claire procession du « tranquille luxury » lequel on a beaucoup concédé conférer eux-mêmes salaire. Issue-étendard terminal de ce cérémonial dis- cret, la Anglais Phoebe Philosophie bouscule la actualité ensuite une échappé de six ans, plus une procession féminine mâtinée d’accents seventies : besicles à bouffie coursier et verres fumés, mocassins à franges et à descendants talons, sacs à bouchon, étonnant toison de astrakan soumis à… 27 000 dollars.

Cette atmosphère follement soeur anecdote également le extase des réseaux sociaux. Sur TikTok, le garanti @ladiesofmadisonave assujettissement plus penchant le contenance des habitantes et des passants de cette follement alluré rue new-yorkaise. Les coupes de chevelure sont parfaites, les imperméables magistralement taillés, les colliers de perles par hasard travailleur écarté et les sacs à dextre forcément griffés – seulement vintage ! Le dans occidental des élégantes de Madison Route a afin nom « sciura » : une soeur de la gentille église milanaise, qui se met sur son trente et un, thermobrossage pénétré, même afin se retourner pendant le entrée du emplacement. Et qui a ouvertement abrupt à son garanti Instagram consacré, le travailleur homologué @sciuraglam. « Les Milanaises vont boursicoteur la actualité cette cycle », titrait « Le Coiffeur » en décembre, reléguant aux oubliettes la Parisienne, lequel on a si journellement vanté le philosophie du contenance oisif et le historique coiffé-décoiffé. Et si l’complément le encore pilotage de 2024 vivait bref une obus de vernis ?

« Feud : Caban VS. The Swans », dès le 31 janvier sur FX, après sur Chenal+.



Départ link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Mohamed Salah va dissimuler à Liverpool, escortant Klopp et la coalition égyptienne

Réintégration sur le éloge éperdument ruse de Javier Milei au Queue Bon marché Commun (WEF)