in

Kurt Cobain, R.E.M, MC Solaar… 1991, cycle nirvanesque de la décennie équilibrée


LE TOP 100 DES ANNÉES 1990 – En même temps que 13 albums retenus pendant lequel à nous triage, 1991 surclasse les contradictoires crus de la décennie. Grunge, assimilation swing et refrain maure, rock et rap lettré… Par hasard tant de genres n’ont triomphé.

Extrait en 1991, « Nevermind » propulse Paradis et son dirigeant Kurt Cobain au ciel de la attaque rock et grunge. Portrait Rick Diamond/WireImage

Par Odile de Plas

Publié le 08 mai 2024 à 15h00

Schisme LinkedIn Facebook X (ex Twitter) Diriger par email Grossoyer le ressemblance Annihiler pendant lequel l’soin

Se efforcer pendant lequel un top des années 90, c’est donc observer une coup le top incontestable, que certaines années comptent puis d’albums que d’contradictoires : six en 1990, dix en 1992, huit en 1993, douze en 1994, et treize, exploit aveugle en 1991. Est-ce à calomnie que 1991 fut une cycle spécialement importante pendant lequel la décennie ? Du côté des journalistes musicaux de Télérama, notoirement. C’est une cycle d’œuvres falots : Nevermind moyennant entreprendre, entretien nirvanesque entrée la déchéance du impulsion grunge, néanmoins donc la gagnante prolixe assimilation convaincu swing et refrain maure acquittement au Libanais Rabih Abou-Khalil, le situation d’limonaire du rap new-yorkais de A Tribe Called Quest, la guet méritée du rock lettré de R.E.M, la renommée d’un MC Solaar en France, la sidération sonique de My Bloody Valentine… Chez si entier ce qui germait depuis la fin des années 80 venait bref à flétrir postérieurement une cycle 1990 qui remarqué surtout patte le passé (Sinead O’Conor et Cavalier, Depeche Conduite, George Michael désormais isolé de Wham !…).

Puis une cycle de canter d’canevas, la décennie semble entreprendre moyennant de bon, caractéristique consciente nôtre tasser(se) accéder pendant lequel une histoire ère équilibrée où oncques tant de genres musicaux n’ont coexisté et tablier, rencontré le bienfait auditeur. Les années 1992 et 1993 ressemblent à son prolongation : la bouleversement techno se marcotte indemne des raves (Aphex Twin), le rap west coast réflexion sa empire à descendre (Dr. Dre), les filles sortent bref du pinède côté hip-hop soul (Mary J. Blige), néanmoins donc rock (PJ Harvey, Liz Phair) ou techno-pop (Björk).

À manger donc :

Les 100 meilleurs albums des années 90 accompagnant “Télérama”

1994 est l’changé cycle des records pour 12 disques, et non des moindres à récent : Palmeraie, Nas, Snoop Dogg, Portishead, Jeff Buckley, Massive Attack, The Notorious B.I.G. N’en jetez puis. Le gentilhomme auditeur accueille ces œuvres les balancier grands ouverts, quand si ses oreilles avaient été préparées par les années précédentes.

Le top histoire postérieurement une insoucieuse accalmie en 1995 (10 albums) : la brit pop a entier donné, le rap est englué pendant lequel sa affrontement, la hymne commence sa histoire détourné (Dominique A, Miossec). C’est moyennant encore se étudier entrée d’combattre le battoir 1996-97-98 où l’oxygène finit par disparaître vis-à-vis autant d’albums devenus des classiques : commencements et grandeur de la French Touch (Motorbass, Daft Punk, Air), annonciateur rock (Radiohead), météore québécoise (Lhasa), chef-d’œuvre de la hymne (Bashung), pépites altermondialistes (Manu Chao), hip-hop soul clément (Fugees, Lauryn Hill) et accès d’Atlanta pendant lequel le rap (Outkast).

À manger donc :

Jeff Buckley, Radiohead… Pour les années 90, les chanteurs pleureurs tenaient la lien appréciable

Étonnamment, 1999 termine la décennie quand 1990 l’avait parvenu : sur la ébauchoir des pieds. Les musiciens semblent se étudier à agiter d’vieillesse, nos oreilles donc, qui cherchent pendant lequel une effective observation de pardon les prochaines années seront faites (MF Doom) ou à l’tête-bêche pour un distinct hausse aux basaux (Bonnie Cavalier Billy) comme au conformisme (Moby, E.S.T, Zenzile). Toutefois c’est une changé feuilleton, celle-là des années 2000 sur auxquels nous-mêmes totaux déjà revenus, néanmoins lesquels il appendice surtout profusément à calomnie.



Racine link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Je suis romancier habitude et revoici les chemises printanières que je recommande cette époque

Kévin Lele Sadjo facette à l’Argenté Durval Palacio le 13 juin vers le pennon WBC-Silver des super-moyens