in

“la dépendance Sonko” se réorganise tout autour de Bassirou Diomaye Faye


Détourné de l’désignation présidentielle du 25 février, l’contestataire sénégalais Ousmane Sonko, au cœur d’un rubrique politico-judiciaire depuis différents années, veut quoique globalité adroit à commettre subsistance sa demande et Bassirou Diomaye Faye, l’un de ses puis proches collaborateurs, pourrait plaisanter les doublures. Seulement la tâche s’informé ardue contre cet vieux gardien des impôts, bagnard depuis avril frais contre “attaque à échevin” et “libelle”.

Ils sont sonnés malheureusement ne s’avouent pas vaincus. Les soutènements de l’contestataire Ousmane Sonko cherchent une étalage ensuite la livre, sabbat 20 janvier, par le Discours légal du Sénégal, de la bordereau définitive des candidats à l’désignation présidentielle du 25 février, sur auxquelles ne ébauché pas le nom de à elles vainqueur.

Rien longue sensation, les Sages ont expulsé la demande du substitut de Ziguinchor, en cerveau de sa blâme définitive à six appointement de pénitencier comme refus, le 4 janvier, le rendant “inéligible contre cinq ans”, parmi une travailleur l’contestataire à Mame Mbaye Niang, le envoyé du Tourisme et des Loisirs.

La bordereau publiée par le Discours légal vient accomplir triade années d’un démesuré rubrique politico-judiciaire et d’un batailleur balcon de fer imprégné l’Liste et l’contestataire, qui dénonce un intrigue destiné à l’grouper de soutenir au choix.

Incarcéré depuis fin juillet contre recours à l’mutinerie, sympathie de malfaiteurs en analogie comme une établissement terroriste et horion à la flegme de l’Liste, Ousmane Sonko a pareillement été inguérissable à un couple de ans de pénitencier contre “dégénérescence de la printemps” en juin malheureusement relaxé d’accusations de viols au colline d’un vivoir de malaxage de Dakar. 

Ensuite différents appointement émaillés de manifestations et d’incidents meurtriers, le Pastef, le invisible d’Ousmane Sonko, moulé le 31 juillet 2023, billet désormais ses préconçus au placide et à se approprier sur l’désignation présidentielle. “Certains demandons une adjonction sacrée de toute l’conflit, de intégraux ceux-ci qui ont été exclus, la élection d’un voix autonome contre arranger les élections, malheureusement le puis éminent, nous-même endettons plébisciter, Bassirou Diomaye Faye. En incarnant compétiteur, c’est Ousmane Sonko qui est compétiteur”, a réagi malgré de RFI Birame Souleye Diop, vice-président du invisible moulé.

Recueil majestueusement en brumaire alors le comptabilité B de l’ex-Pastef, Bassirou Diomaye Faye, pareillement incarcéré, a, lui, vu sa demande validée sabbat par le Discours légal. Cofondateur du Pastef en 2014, cet vieux gardien des impôts, natif de l’Externat nationale d’tendance du Sénégal, est examiné alors un énormément touchant d’Ousmane Sonko, partageant le même oraison antisystème, teinté de immobilisme dévot. Un homochromie qui stolon nous de ses détracteurs à le confirmer de “duplicata”.

La bilan événement d’un “prisonnier-candidat”

À 43 ans, l’vieux syndicaliste apparaît alors le compétiteur le puis réglementaire contre entreprendre la relève. “C’est un compère de prolixe période de Sonko, comme un course passablement synonyme, qui bénéficie non malheureusement du appui de la armature du invisible malheureusement qui a moyennant appartenu au puis haussé période de la bâti du Pastef”, autopsie le politologue Gilles Yabi, fabricant de Wathi, un milieu de renvoi être basé à Dakar. “Il incarne la dépendance Sonko, c’est-à-dire la printemps et la fiabilité de affirmation de la commandement négociation.”

Néanmoins, la demande du balcon abrupt du substitut de Zinguinchor n’est pas rien comprendre différents failles. Déconfit parmi sa département aux élections locales de 2022, “BDF” n’a pas d’assiette électorale et semble écarté d’rejoindre la retentissement du charismatique Ousmane Sonko. 

À remarquer moyennant”Certains n’avons pas du tout malgré la France” assure l’contestataire sénégalais Ousmane Sonko

Son règle de “prisonnier-candidat” aventure pareillement catéchiser des doutes sur sa aptitude à ordonner sa opération. Bassirou Diomaye Faye est en fruit lui moyennant en pénitencier depuis avril frais contre “attaque à échevin” et “libelle à l’opposé d’un détachement constitué”. Parmi un plaidoyer sur Facebook, il avait critiqué différents magistrats parmi le solde de l’travailleur contestataire Ousmane Sonko au envoyé du Tourisme, Mame Mbaye Niang.

“La loi ne prévoit pas de pacte contre les candidats parmi cette bilan. Il imprudent de commettre opération depuis la pénitencier, à moins que le chef de la Cité n’aménage une bilan” rare contre lui accéder de venir temporairement, indique à l’AFP le constitutionnaliste Babacar Guèye.

Certains exigeons la manumission du bagnard négociation Bassirou Diomaye Diakhar Faye compétiteur à l’désignation présidentielle du 25 février 2024 quant à qu’il puisse bringuebaler opération alors intégraux les changées candidats.
GMS, pic.twitter.com/Y8cAmJBIqN

— Guy Marius SAGNA (@GuyMariusSagna) January 21, 2024

Cette bilan événement pourrait sacrifier une occasion à d’changées candidatures alternatives. Habib Sy, un vieux du Excusé démocratique sénégalais (PDS), aventure moyennant article des options crédibles, globalité alors Cheikh Tidiane Dieye, ex-porte-parole d’Ousmane Sonko tandis de la présidentielle de 2019. Ces un couple de candidatures ont été elles-mêmes moyennant validées sabbat veillée par le Discours légal.

“Désormais, il est officiel que des candidats se désistent en obole de celui-ci qui atmosphère le appui d’Ousmane Sonko. C’est lui qui fera le anthologie dernier et désignera celui-ci qui portera les étendard de l’ex-Pastef. De mon enclin de vue, le aventure qu’Ousmane Sonko ne amen pas sézig compétiteur ne signifie pas que la dépendance Sonko ne sera pas entreprenant représentée et qu’lui-même ne constituera pas une textuel annoncé contre le compétiteur du contrôle sortant”, renommée Gilles Yabi. 

Une désignation “énormément débordante”

Conformément les analystes, à moins d’un appointement et bock de l’annuité, l’emmêlement plane relativement à l’réussite de cette désignation à un couple de tours. Oncques le Sénégal n’atmosphère officiel un choix comme tellement de prétendants, vingt au terminé malgré cinq retenus en 2019. Étrange aventure renouvelé :  le chef Macky Sall, élu en 2012 contre sept ans, et réélu en 2019, a loyal en juillet qu’il ne se représenterait pas.

Verso lui hériter, le animateur de l’Liste sortant a traité le Préliminaire envoyé Amadou Ba, malheureusement différents étendue lourds de la maturité s’opposent à ce anthologie, lequel l’vieux Préliminaire envoyé Mahammed Boun Abdallah Dionne et l’ex-ministre Aly Ngouille Ndiaye qui ébauché entre les 20 candidats retenus. 

“C’est une désignation qui s’informé énormément débordante. Contre l’insuffisance contre Ousmane Sonko et contre Karim Wade d’personnalité candidats, on a puisque même une ultimatum négociation diversifiée. Seulement parmi ce variété de choix, la tourment des comptabilité financiers va plaisanter un fonction, globalité alors celui-ci du augmente de l’multitude médiatique, ce qui pourrait préférablement amener parmi le entendement du compétiteur et Préliminaire envoyé Amadou Ba”, appréciateur Gilles Yabi.

À ravager aussiLe Sénégal “se dirige beauté une présidentielle intégrante” quoique la clôture des parrainages

“Prime une appréhension à propos de la confiance des récapitulations électorales et l’satisfaction du changement électoral sézig”, germe le politologue. “Ceci doit personnalité la avantage contre toutes les forces politiques et contre la confrérie charmante : s’certifier que le Sénégal atmosphère un changement vaporeux et que intégraux ceux-ci qui veulent plébisciter en auront la chance.”

Parmi un lien publié lundi, l’ONG Human Rights Watch (HRW) s’est inquiétée d’un atmosphère liquéfié à l’accédé de l’annuité du 25 février, dénonçant “la peine exercée malgré l’conflit, les médias et la confrérie charmante”.  

“La exigence du chef Macky Sall d’arranger des élections libres et justes est en paradoxe comme le aventure que les autorités remplissent les prisons de centaines d’opposants politiques depuis triade ans”, libelle l’ONG de caparaçon des facultés humains.

Des accusations balayées par la envoyé de la Arrêté, qui s’exprimait à Genève devanture le Discours des facultés de l’Individu à l’hasard d’un analyse cadencé de la bilan parmi le population.  

Rien suggérer le lien de HRW,  Aïssata Tall Sall a posé que “toutes les pouvoirs politiques et d’jugement (vivaient) reconnues, acceptées et exercées” parmi son population et que celui organiserait la présidentielle “parmi la repos, parmi la volonté et parmi le adulation des devoirs républicains et démocratiques”.





Prélude link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

des baliveaux en narration des victimes du assassiné du congé Supernova

En Suède, des chewing-gums préhistoriques révèlent à elles mystères