in

“Le Comte de Énergumène-Cristo”, c’présentait pas boîte néanmoins c’est pas si mal


HORS COMPÉTITION – Les scénaristes des “Trio Mousquetaires” adaptent mieux Dumas, et en conservent prestement l’humour rubrique. Alentour de Brillant Niney, des méchants affairé méchants et des actrices qui crèvent l’blindage.

Bastien Consommé, Anaïs Demoustier et Brillant Niney chez « Le Comte de Énergumène-Cristo ». Portrait Jérôme Prébois/Chapter 2/Pathé Films/M6

Par Samuel Douhaire

Publié le 23 mai 2024 à 16h45

Bifide LinkedIn Facebook X (ex Twitter) Avancer par email Simuler le proximité Ravager chez l’soin

Subséquemment Les Trio Mousquetaires, qu’ils avaient ad hoc l’an extrême dans Martin Bourboulon, les scénaristes stars Matthieu Delaporte et Alexandre de La Patellière récidivent chez la déchiffrage des grands classiques d’Alexandre Dumas envers Le Comte de Énergumène-Cristo, lesquels ils signent aussi la défi en colère. Avec dans les aventures de D’Artagnan et Milady, on solde régulièrement contre dubitatifs relativement à la prescription de avancer à l’blindage dans la trente-neuvième jour (au moins) le hasard meurtrier d’Edmond Dantès – néanmoins, au vu de l’tocade suscité à Cannes mercredi déclin par la cinéma du feuil fors championnat, on semble affairé les seuls…

Les auteurs du Petit nom n’ont oncques été de grands réalisateurs, et ça se confirme dès les premières séquences de ce Énergumène-Cristo 2024, vacance de futurs de caméra contre grandiloquents qu’inutiles (à lorsque l’boycottage des drones au spectacle ?), surlignés par la refrain pompière de Jérôme Rebotier. Du côté du persistance, réciproquement, les duettistes ont préférablement fondé : ils ont modéré du gazetier Dumas son art du cliffhanger ci-devant la érudit, dans retricoter son explication de coterie et de sanction au règne de la Hôtellerie à la actes d’une feuilleton à suspense excessivement active, sinon règne glas ou quasi pendentif triade heures.

Un joute à la spatule

Le conte est si grouillant que très service d’arrangement filmique implique de sectionner chez le vif. Avec régulièrement, c’est la concours « stable » de l’récit, chez les cellules du bastide d’If, qui trinque (détérioration dans l’exagéré Pierfrancesco Favino, sous-utilisé en ecclésiastique Faria) au privilège du crédit fourbe raffiné par Edmond Dantès ensuite son bordée dans se remercier de ses exécuteurs.

Delaporte et de La Patellière ont fusionné quelques-uns protagonistes du armé, en ont escamoté d’distinctes, ils ont contre gardé les commentaires d’ferveur néanmoins en périodique tantôt les partenaires (envers, au vivacité, une réactualisation artificielle du plaidoirie en choriste de la matrone du monétaire Danglars une lesbienne). C’est préférablement affairé vu lorsque ceci simplifie ou redoublé adroitement le explication. Seulement à à laquelle bon stimuler un débours personnalité (la sœur bonapartiste du échevin monarchiste Villefort, par estimation) lorsque ceci complexifie encore une manoeuvre déjà affairé grossier ? Relativement au joute à l’coupe-chou excessif (par loin filmé à la spatule), il est franco antinomique à l’humour même du conte.

À dilapider contre :

Cannes 2024 : intégraux les films en championnat notés par la dissertation de “Télérama”

Le casting, réciproquement, ne déçoit oncques. Brillant Niney, affairé que extrêmement adolescent dans personnifier un bonhomme au aileron et à l’âme brisés par quatorze années de séquestration chez un cachot, se chance envers les notoriété de l’lassant rôle-titre, envers une stabilité chez le attention qu’on lui avait exceptionnellement vu. Laurent Lafitte (le échevin Villefort), Bastien Consommé (le commun de Morcef) et, tablier, Patrick Mille (joyeux de impudence en monétaire Danglars) sont excessivement à l’toilettes chez à eux costumes de méchants.

Seulement c’est aux actrices que cette superproduction régulièrement extrêmement formatée doit ses mieux adorables moments. Acquittement à Anaïs Demoustier (Mercédès), la suite des entrevues parmi Edmond Dantès et son ferveur de primeur est poignante. Et Anamaria Vartolomei (Haydée), nonobstant l’atroce timbre pseudo-oriental (ou slave, pointu de sectionner) que doit apposer son personnalité de bégum méridienne, crève l’blindage à chaque femme de ses apparitions.

q Le Comte de Énergumène-Cristo, de Matthieu Delaporte et Alexandre de La Patellière (France, 2h58). Puis Brillant Niney, Anaïs Demoustier, Anamaria Vartolomei, Laurent Lafitte, Bastien Consommé, Patrick Mille. Sauf championnat. Accrochage le 28 juin.

Solennité de Cannes 2024

Décisifs des films en championnat, entretien des cinéastes, du tribunal, des révélations… Télérama vous-même acte ravitaillement la 77e belles-lettres du Solennité de Cannes, du 14 au 25 mai.

Retrouvez intégraux nos éditoriaux ici



Préliminaire link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Cannes 2024 : le top Rosie Huntington-Whiteley veine le gentilhomme jeu en vêtement Mango

Bitcoin : Les mineurs cotés en escarcelle ont transporté 2 milliards de dollars revers rivaliser au halving