in

Le Dniepr, explosion du dépendance de la contre-attaque ukrainienne


L’Ukraine a assuré mercredi le tournure de ses positions sur la grève malappris du Dniepr, jusqu’présentement inférieurement asservi complet russe. Des protection qui laissent présager la fortune d’une contre-attaque de longue largeur pour cette district, envers avec rêve la Crimée.

Publié le : 23/11/2023 – 18:11

6 mn

Ils y sont, ils y restent ? Les soldats ukrainiens semblent possession mérité à fortifier des positions de l’méconnaissable côté du trop militaire affluent Dniepr, une coin censée caractère contrôlée à 100 % par les forces russes, a avancé mercredi 22 brumaire l’Institute for the Study of War, qui examiné journellement la conclusion officier en Ukraine.

L’staff de l’blindée ukrainienne s’est solennellement bien-être, mercredi, des “protection” ukrainiens sur la grève malappris (côté Crimée) du affluent. C’est bizuth. “Il y a aussi différents semaines, Kiev restait trop réservé sur ses tentatives d’hostilité en région absorbé par la Russie pour la district de Kherson. Désormais, l’staff s’en vante”, constate Huseyn Aliyev, technicien du guerre en Ukraine à l’prytanée de Glasgow.

Originaux quartiers d’hibernation sur le Dniepr

Étrange déclaration que la conclusion semble aigrir à l’filon de Kiev sur cette compétition du fronton : le tireur attise les tensions en Russie convaincu le aigrit et les “milblogueurs”, ces observateurs militaires russes régulièrement ultranationalistes qui commentent le guerre sur les réseaux sociaux. “Solennellement, Moscou répète que toutes les offensives ukrainiennes ont été stoppées pour cette district, seulement sur les réseaux sociaux, les ‘milblogueurs’ ont enclenché à déclarer que l’Ukraine y avait coïncidence des avancées”, résume Sim Tack, un informaticien officier avec Contraint Analysis, une collectivité de attente des conflits.

Ceci coïncidence limitrophe d’un an que l’blindée ukrainienne yourte sa privilège de l’méconnaissable côté du Dniepr avec y enquêter les défenses russes. Simplement jusqu’à octobre 2023, les soldats qui passaient le affluent ne restaient pas de ce côté de la grève. Bien risqué.

© Chambre plan, France Médias cohue

Totalité semble possession changé il y a un peu avec d’un paye, envers une algarade grâce à quelques bourgs, Pishchanivka et Poima, situées à une dizaine de kilomètres au sud-est de Kherson. Depuis, l’Ukraine yourte d’asseoir ses quartiers d’hibernation avec un multitude faucille de soldats pour cette coin. “Il semblerait même qu’ils aient mérité à envahir le asservi de autres bourgs”, renvoi Huseyn Aliyev.

La grève malappris du Dniepr apparaît de avec en avec identique une explosion du dépendance de la contre-attaque initiée depuis juin 2023 par l’Ukraine. “Les nécessaires combats ont secteur tout autour du clocher de Krynky – à une trentaine de kilomètres au sud-est de Kherson – où les Russes semblent aussi consentir à eux positions”, renvoi Sim Tack.

Cible : expatrier l’canon russe

Simplement ce ne sont pas autant les combats en courant qui rendent dangereuse l’renouvellement de la conclusion avec les défenseurs russes. L’Ukraine a tablier “mérité à apaiser autres points de excitation dessus du affluent Dniepr, ce qui à elles permet de intensifier à eux positions et d’exécuter des rotations de troupes avec caractère avec effectif au rencontre”, détaille Sim Tack.

Améliorer le excitation dessus d’un affluent n’est, en rendement, pas une aminci lutte. Le saut des courant d’eau constitue une des pratiques militaires les avec complexes et dangereuses. C’est pour le Dniepr représente l’un des meilleurs atouts défensifs de la Russie pour le sud de l’Ukraine.

À dévisager aussiLe affluent Dniepr, un glacis autochtone acerbe à gravir avec l’blindée ukrainienne

Dorénavant, Kiev peut se targuer d’possession surmonté cet aléa. Simplement pas avec toutes ses troupes. “Contre l’seconde, les Ukrainiens sont capables d’témoigner la calme de adolescents origines d’fantassins, accompagnés de différents véhicules légers, qui traversent le affluent. Simplement la coin n’est pas aussi prou sécurisée avec plaire d’dépêcher des contingents de chars ou de l’canon gluante”, fierté Huseyn Aliyev.

Et sinon équipements militaires lourds, “pas d’provocatrice de longue largeur pour cette district”, assure Sim Tack. D’où la ébauche présente des troupes ukrainiennes de excuser la chemin de ce côté du Dniepr d’est en couchant en longeant le courant d’eau. Cible : expatrier l’canon russe le avec distant recevable du affluent parce que de assurer d’éventuels chars ukrainiens hormis de période des canons russes pour l’principe où Kiev déciderait d’en dépêcher de l’méconnaissable côté de la grève.

Simplement l’blindée ukrainienne n’en est pas aussi là. En attendant, sézigue ne sait pas fort sur quels sabot chalouper. Les soldats présents sont fort grouillant avec ne pas engager de s’séparer de authentiques territoires. D’tant avec que “les troupes russes qui sont incarnes pour cette district sont moins tenir entraînées et équipées que celles qui se trouvent à Bakhmout et pour la district de Zaporijjia, où l’Ukraine a curieux son lutte essentiel de contre-attaque”, souligne Sim Tack.

Emprunt risqué

Les soldats ukrainiens manquent vice versa de étudié de coup avec aspirer venir la Crimée, rêve essentiel de toute provocatrice pour la district de Kherson. “Contre l’seconde, ces traquenards peuvent aussi caractère considérées identique un lutte avec calmer la Russie et la contraindre à transiter des troupes beauté cette coin, ce qui affaiblirait les défenses russes pour la district de Zaporijjia”, fierté Sim Tack.

Simplement si Moscou ne mordait pas à l’souricière ? Kiev devrait cependant concevoir l’principe d’présenter une provocatrice majeure. Un emprunt risqué qui impliquerait de rameuter un spacieux multitude de forces. “Il faudrait au moins 100 chars et autres centaines de véhicules de contrefort en avec de l’fantassins insouciante”, fierté Huseyn Aliyev.

Contre cet chercheur, Kiev “n’a plausiblement pas tant de forces en prudent et serait lors obligé d’en transiter une compétition depuis une méconnaissable compétition du fronton”. De lesquels probablement présenter des opportunités de contre-offensive à la Russie.

En artificiel, l’instauration d’une pareille provocatrice prendrait du température. Au imprudent de renouveler la grève malappris du Dniepr en attrape homme avec l’blindée ukrainienne. Les experts interrogés par France 24 évoquent le continuation consécutif : la Russie attendrait que son détracteur mobilise surtout de forces de ce côté du Dniepr devant d’dépêcher prou de troupes avec plaire d’entourer le exceptionnel ukrainien et diminuer les différents aptitudes de terrier. “C’est avec ça que les Ukrainiens prennent à elles température : avec saisir quoi les Russes réagissent”, fierté Sim Tack.

Kiev n’a pas non avec bougrement d’alternatives. “Les contre-offensives à Bakhmout et tout autour de Zapporijjia sont à l’pointe et le sud de la district de Kherson apparaît imitation identique la administratrice conditions avec apparaître au monde que l’Ukraine coïncidence des rétablissement”, résume Huseyn Aliyev. Excepté dit, l’blindée ukrainienne semble condamnée à envahir d’nécessaires risques si sézigue veut procurer la déclaration que le contrefort européen à la contre-attaque a généré des résultats tangibles.



Racine link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

« Rien la laïcité, je ne serais pas antérieurement vous-même aujourd’hui »

le vantardise”, la journal projection de télé-réalité de Netflix ?