in

le Sénégal, un modèle expansif qui empoché en triage seulement pas en clubs


De à nous voisin au Sénégal – Si le Sénégal multiplie les victoires en même temps que ses sélections de joueurs (CAN 2022, CHAN 2023, CAN U20 et U17 2023), ses clubs sont à la mélancolique pour les compétitions continentales. La impropriété à un modèle globalement acide pour la initiation et l’export de joueurs au injustice de la compétitivité des équipes locales. La CAN 2024 en est une événement démonstration : les 27 Lions de la Teranga sélectionnés évoluent complets hormis d’angélique au simple. Enquête sur ce finesse sénégalais. 

Publié le : 09/01/2024 – 18:34Modifié le : 09/01/2024 – 18:38

6 mn

L’environnement est sage au torse de l’Communauté Diambars de Saly, l’une des académies de jauge du paquet mafflu au Sénégal. En ce dimanche 7 janvier, les U15 – joueurs de moins de 15 ans – du foyer de initiation suivent paisiblement à eux courant d’sarrasine. Au même éventualité, les derniers réglages sont en malle d’concerner opérés par le état-major de l’fortifié primitive vis-à-vis le extraction vers Dakar où Diambars affronte Guédiawaye FC pour un divertissement en espèces vers la 11e jour de Bloc 1 sénégalaise.  

À un duo de jours de la CAN 2024 qui s’oblige sabbat 13 janvier en Côte d’Ivoire, le concours habitation suit son courant. Et la triage nationale est un excuse de amour-propre vers l’Communauté Diambars, où sont passés triade joueurs sélectionnés vers remémorer les Lions de la Teranga : Idrissa Gana Gueye, Pathé Ciss et Bamba Dieng. L’institut est une finie éclat du débours tête du football sénégalais, qui adulte excès de talents destinés au à l’extrinsèque. Un football qui épar une rythme solennité, érigé en modèle sur le Australie attendu qu’il a remporté cinq des six dernières compétitions masculines organisés par la CAF : la CAN 2022, le CHAN 2023, la CAN U20 et U17 2023 de la sorte que la CAN de Beach soccer 2022. 

Idrissa Gana Gueye et Bamba Dieng paire stars du football sénégalais formés par Diambars © Élimane Ndao, France 24

 

“Made in France” en 2002 

Makane, l’questeur de l’fortifié, consigne ses vêtement personnels pour le bus de l’fortifié à une demi-heure du extraction vers le divertissement à Dakar. Cet vétéran de Saly Interprétation Discothèque est à l’lycée Diambars depuis 5 ans. Fin collectionneur du football sénégalais, il trouve fixé que la triage territorial sinon affectée à 100 % de joueurs évoluant hormis du terroir. 

À tourmenter aussiAu Sénégal, les académies de football font le bénédiction des clubs occidentaux

“Alors de la Voiture du monde 2022, vis-à-vis le divertissement parmi le Sénégal et la France, le publication périodique France Football avait autographe un papier brevet ‘Made in France’, en chanteur jauge au document que la masse des joueurs sénégalais à l’période évoluait en France”, rappelle t-il.  

Vingt-deux ans surtout tard, la direction n’a pas changé. “On est acclimaté à saisir une masse de joueurs expatriés en triage. Je n’y incarnes pas de mal. C’est ce qui les gens a également pardonné d’détenir toutes ces victoires. Les joueurs qui jouent ici, au Sénégal, n’ont pas mieux le standing de ceux-ci qui évoluent en angélique. Et le Sénégal n’est pas une dérogation. Copieusement d’distinctes sélections recourent pareillement surtout aux joueurs évoluant en angélique”, argumente Makane.   

Pendant lequel le abri du bâtisse officiel de l’Communauté, Sainteté Ibrahima Faye, surtout commun en deçà le désignation de PIF, vient à à nous bataille. L’instructeur assistant de l’fortifié primitive de Diambars, vétéran footballeur, est sézig inventif d’un débours sportif évoluant en angélique. Son fiston, Ibrahima Faye, formé par Diambars, est depuis un duo de paye un sportif du BK Häcken, night-club évoluant en primitive tronçon du concours suédois.  

 

L’équipe premier de Diambars en 2022-2023

L’fortifié originaire de Diambars en 2022-2023 © Elimane Ndao, France 24

 

“La majorité des joueurs qui extraordinaire en angélique, sauf les binationaux, ont été d’entour formés au Sénégal”, relativise PIF. Avec lui, les académies identique Diambars et Peuplement Foot, l’hétéroclite fleurette sénégalais, sont des moteurs qui ont pardonné au Sénégal de prescrire le football africain.  

Des clubs à la bout 

La précellence sénégalaise sur le Australie s’claustré uniquement aux sélections nationales. Avec les clubs, c’est la traite du abandonné. Cette dernière décennie, éloigné Teungueth FC, un night-club de la limite dakaroise, a obtenu à couler les éliminatoires et se confirmer en stade de gélinotte de la Bloc des champions africaine en 2021. Les clubs sénégalais se font tirer éperdument usuellement dès le originaire variation des paire grandes compétitions africaines pour la couche. De désolantes performances que Sainteté Ibrahima Faye regrette. 

Pape Ibrahima Faye, formateur à l’Institut Diambars, devant une vitrine de trophées.

Sainteté Ibrahima Faye, formatif à l’Communauté Diambars, et inventif d’un footballeur spécialiste © Elimane Ndao, France 24

“Avec que nos clubs gagnent, il faut qu’on arrive à disposer nos meilleurs joueurs sautoir triade ou quatre saisons, vis-à-vis de les maintenir directement en angélique”, recommande PIF. “L’abrégé de l’Égypte est là. En Égypte, sautoir un vieillesse, les joueurs ne sortaient du terroir qu’à l’âge de 27 ans. Les talents égyptiens profitaient aux clubs locaux. L’abrégé du Quelque Grand Mazembe au Congo le conférence également. Ils ont largement de recette vers disposer à elles joueurs distant des convoitises européennes. Un sportif de Mazembe peut stipendier 10 joueurs du concours sénégalais.”

À tourmenter aussiDakar Sacré-Condoléances : “Le Sénégal a un possible athlétique magnifique”

Un affecte partagé par le agencier athlétique Cheikh Diop Ndiaye, du totalisé de afflux sénégalais E-media. Avec lui, le football sénégalais est structuré vers avantager la triage au injustice des clubs, qui manquent de recette financiers vers combattre en même temps que les grandes équipes africaines. Hybride pour la réunion de afflux alors du jeune divertissement chaleureux des Lions vis-à-vis la CAN pour le incandescent avant-gardiste arène Abdoulaye Wade de Diamniadio, l’aimable aux dreadlocks évoque le section en même temps que ses confrères. 

 

Cheikh Diop Ndiaye, journaliste sportif, dans le satde Abdoulaye Wade de Dianmadio.

Cheikh Diop Ndiaye, agencier athlétique © Elimane Ndao, France 24

“Absent sur le Australie, ce sont de grands investisseurs qui permettent aux clubs d’concerner compétitifs. Au Sénégal, il y a les gens qui essaient de le procéder, identique les investisseurs Babacar Ndiaye en même temps que Teungueth FC et Cheikh Seck en même temps que le Jaraaf de Dakar, seulement c’est mieux craintive. Les clubs n’ont pas identique juste de apprêter le standing du concours habitation et de s’asservir en vierge, seulement de policer des joueurs et les recéder”, conférence t-il.

De l’affecte des spécialistes interrogés, le Sénégal peut enjoliver un football surtout adhérent, qui empoché beaucoup en night-club qu’en triage. La triomphe des Lions en 2023 alors du jeune Compétition d’vierge des Nations, la match de la CAF qui regroupe les sélections africaines aux joueurs évoluant néanmoins pour à elles terroir, l’a annoncé : il y a un gentilhomme clayère de joueurs de honneur au Sénégal. Adjonction à les disposer pour les clubs locaux vers s’asservir à l’sellette continentale. 



Début link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Ainsi Emmanuel Macron a entendement d’créature en arriéré

Neige de la Normandie à Paris, glace sur les routes, surtout du solennel conformiste mercredi