in

les 177 du incursion Kieffer ont entiers retrouvé un extérieur


Le 6 juin 1944, les soldats américains et ceux-là du Commonwealth ne sont pas les seuls à tenir posé le plant sur les plages normandes. Une manette de Gaulois, des infanterie marins abats du incursion de Philippe Kieffer, ont quant à apparu. Quatre-vingts ans ultérieurement, le traverses et le extérieur de ces 177 foule sont désormais connus facilité au parturition de quelques passionnés. 

“Je suis à cause l’eau ; j’ai plant, l’eau m’arrive à la thorax, j’approche ennuyeusement rien m’vivre de personnalité, cageot ma Afrique tenir en l’air. Cent mètres à conduire à cause l’eau, au atmosphère des explosions, des obstacles qui se dressent face à les gens avec des calvaires. (…) On approche en farci panneau de émanation. On respire malaisément. Les balles sifflent et ricochent à cause l’eau. Finalement, on arrive pédibus cum jambis sec. Je présentes Pinelli s’baraquer et baiser le sol de France. Involontairement, je fais analogue”.

Le 6 juin 1944, Laurent Casagonla débarque sur Sword Beach. Ce adversaire, qui a fêté la surveillé ses 19 ans, est l’un des 177 bérets hexagonal du 1er cohorte de infanterie marins, évident en deçà le nom de “incursion Kieffer”. Accidenté à la quille dès les originaires mètres, cet chevronné disciple, né d’un géniteur influence et d’une nymphe euskarienne, audacieux de sangloter la Phocéenne envers aviver ses camarades qui passent proche de lui : “Je n’ai surtout de caleçon, le dynastie dégouline de la jambon ; des milliers de puces de mer infestent la rivage et sautent sur les plaies. […] Je ne peux nenni conduire, je suis obtusangle. Je pleure de exaspération de ne ascendant nenni conduire. Contre la mélancolique, j’ai toute ma finesse. Merde ! Merde ! Merde ! C’est mon commémoration, je ne vais pas tenir là et délabrer, ce n’est pas acceptable !”

Cet extravagant assurance, oncques publié, a été retrouvé par Dernier-né Massieu et Pantalon-Christophe Rouxel. Cet romancier et cet major de flotte ont pote à eux forces envers esquisser le traverses de ces 177 foule, les seuls combattants hexagonal à tenir apparu sur les plages normandes aux côtés des Alliés. À cause un bouquin en-tête “Incursion Kieffer : 177 visages du Hublot-J” (Éditions Parpaing de Taillac), ils publient comme des photos/portraits de chaque personne de ces commandos devenus des brave territoriaux. 

Appuyés par des chars amphibies Duplex, les foule du incursion Kieffer prennent le asservi du noyau de Ouistreham, le 6 juin 1944. © Imperial War Museum

“S’donner à ceux-là qui n’avaient pas verbal”

Ce parturition a été entamé il y a surtout de dix ans. À l’occasion, Dernier-né Massieu, un prof d’histoire-géographie, qui a assuré une mémoires à Philippe Kieffer, le animateur de ce incursion, est contacté par Pantalon-Christophe Rouxel, un affectueux de l’anecdote des infanterie marins.  “À la ossature, ce bouquin ne devait pas en entité un. Les gens avions aisément un frais diminué : esquisser les traverses des 177 et mutualiser nos découvertes, nos contacts alors les familles, etc. envers bâtir des fiches biographiques à équilibrer en ornement”, raconte cet romancier.

Philippe Kieffer, entouré des premiers volontaires pour les commandos lors de leur passage par l'école HMS Royal Arthur de Skegness en avril 1942.

Philippe Kieffer, bordé des originaires volontaires envers les commandos alors de à eux fièvre par l’collège HMS Princier Arthur de Skegness en avril 1942. © Archives Dernier-né Massieu

Orphéon, ils mettent en appuyé une classeur arrondissement alors un chemise envers tout incursion et un almanach recensant à eux adolescents. Ils partent méticuleusement sur les traces de ces foule venus d’horizons exceptionnellement hétéroclite et qui ont aventure le anthologie de délicat à se enlaidir envers détacher à eux peuple. La majorité vivaient nés en France métropolitaine, cependant les gens vivaient des étrangers engagés à cause la France indépendant : un Nord-américain, quatre Grand-ducal, un Autrichien, un Bedeau, un Québécois et un Algérien. En masse avaient compris 20 et 25 ans et n’avaient pas ou peu d’tentative combattant devant 1940. Le surtout érémitisme, René Rossey n’avait que 17 ans. “Ils vivaient des nourrissons rien tentative qui disaient ‘non’ à un maréchal de France”, résume Dernier-né Massieu.

Les quelques foule ne sont pas les originaires à s’donner à cette conjointement effets en appuyé en 1942 par Philippe Kieffer, un chevronné bancaire né à Relâche-au-Monseigneur en Haïti, qui a répondu à l’destination du mondial de Gaulle en rejoignant l’Angleterre. Ce cohorte a été naguère surtout mis en réverbération facilité à la retentissement de Léon Gautier, le moderne sauf des 177, victime en juillet 2023.  “Au classe des vingt dernières années, la majorité des survivants ont pu promettre, cependant ce qui les gens intéressait c’présentait non nonobstant de surpasser les seuls témoignages, cependant quant à de les gens donner à entiers ceux-là qui n’avaient pas verbal, qui sont morts devant que le connu s’ladre à à eux anecdote”, explique Dernier-né Massieu.

Le vétéran Léon Gautier, lors d'une cérémonie en hommage aux 177 fusiliers marins du commando Kieffer, le 6 juin 2019, pour le 75e anniversaire du Débarquement, à Colleville-Montgomery.

Le étudiant Léon Gautier, alors d’une réjouissances en témoignage aux 177 infanterie marins du incursion Kieffer, le 6 juin 2019, envers le 75e commémoration du Avènement, à Colleville-Montgomery. Damien Meyer, AFP

Au classe de à eux recherches, ils se rendent par conséquent liste que les gens des 177 vivaient restés secret sur à eux investissement au Hublot J. Ce fut le cas de François Voirin. Ce combattant issue de Meurthe-et-Moselle a quitté sa conjoint et son jeune du fenêtre au destinée, en 1942, envers joindre les Forces françaises libres. Martial à Sword Beach alors le incursion Kieffer, cet personnalité n’a pas repris attouchement alors sa ascendance ultérieurement la guérilla. Ses adolescents n’avaient aucune concept de son passé lyrique devant que les quelques auteurs ne les contactent, avec le décrit Dernier-né Massieu : “Son petit-fils présentait pénétré que son ascendant présentait un tavernier qui avait abandonné sa conjoint juive et son jeune. Il ignorait exactement ce qu’il avait aventure. C’est de la sorte toute une anecdote familiale que ce parturition est commencé déboussoler”.

À engloutir aussiD-Day : la ascendance du étudiant Léon Gautier dit arrêt au débit mémoriel

La oblongue récolte du extérieur d’Emile Renault

À l’aborde du 70e commémoration du Avènement en 2014, ces quelques passionnés constatent quant à qu’ils à eux manquent le extérieur de 21 des 177 infanterie marins du Hublot J. Fermement intensément, facilité à l’assistant de pluriels gens et à la proclamation des réseaux sociaux, 20 portraits sont retrouvés en différents appointement. Il ne résidu surtout qu’à équilibrer la pogne sur celui-là d’Émile Renault, un érémitisme armoricain émetteur d’aristocratie, tué le 6 juin 1944 à Ouistreham, différents heures ultérieurement tenir foulé le sol de France.

Ballant hétéroclites années, Pantalon-Christophe Rouxel, qui se considère avec “un Sherlock Holmes” des archives, se met en récolte de ce extérieur multipliant les signes à témoins. Sur une portrait de pellicule séduction alors de la origine des infanterie marins en 1943 au Monarchie-Uni, il ne résidu qu’un esseulé incursion qui ne peut entité enregistré. L’major de flotte bout de la sorte de l’axiome qu’il s’agit exceptionnellement apparemment d’Émile Renault. Il se procure quant à des photos d’contraires abats de la ascendance de ce adversaire issue des Côtes-d’Armor.

Ce n’est bref qu’en 2023 que la opportunité se débloque. “Un œil nouveau les gens a accueilli de parfaire le chemise intégral et de heurter une portrait de pellicule qui présentait déjà entrepris sur une discordant mémoires. Les gens l’avons comparée à icelle que j’avais et l’un des visages correspondait au extérieur de à nous anonyme. Les gens l’avons postérieurement recoupée alors les photos de ses parents et de sa sœur. La approbation s’est faite aisément”, décrit Pantalon-Christophe Rouxel. Derrière nouveau ans de recherches, Émile Renault a désormais, facilité leur, un extérieur évident. Un forfanterie qu’il tenait explicitement à agrémenter : “Une mémoires est énormément surtout éclairante alors un extérieur à bader. Déjà qu’on les avait oubliés ultérieurement la guérilla, l’pénurie de extérieur présentait une flottant attristé envers ceux-là concernés.”

Ce cliché de la "class FNFL  337" formée à Skegness en juin 1942 a permis de rendre un visage au soldat Émile Renault.

Ce effigie de la “class FNFL 337” formée à Skegness en juin 1942 a accueilli de redonner un extérieur au adversaire Émile Renault. © Archives Dernier-né Massieu

Un parturition de recherches assidûment en classe

Comme la scène de à eux publication, les quelques auteurs espèrent extorquer de nouvelles informations. Avec eux, à eux parturition est lointain d’entité effectué, souligne Pantalon-Christophe Rouxel : “Il y a assidûment des trésors à cause les tiroirs ! J’en suis le spectatrice, recevant habituellement des chroniques inédits de familles envers de pluriels biographies sur hétéroclites conflits et époques. La attraction d’Internet et les sauvegardes digitaux d’aujourd’hui permettent beaucoup de choses qu’il est mieux instant de conserver ce qu’il résidu à conserver”.

Derrière des décennies de recherches, ce affectueux n’est pas proche de désavouer ces foule qui l’ont marqué par à eux “valeur” et à eux “don de soi envers une longue légende qui à eux semblait approprié à l’occasion”. Son compère Dernier-né Massieu amitié comme qu’il y a mieux “fabuleusement à pénétrer” envers conduire éprouver “ces marginaux, ces rebelles et ces idéalistes qui s’vivaient mis au ban de la corporation française envers intriguer un règle”.

À eux rôle majeur, les abats du incursion sont retournés à à eux vie d’avant-guerre. À l’aborde de la anéantissement, les gens ont aventure le anthologie d’entité inhumés en Normandie, proche des endroits où ils ont combattu en 1944, d’contraires ont demandé à ce que à eux amulette soient dispersées en mer devanture à la rivage où ils ont apparu le 6 juin 1944. Entiers n’ont pas gardé attouchement, tendance aggraver la jeune sur cet digression de à eux vie, cependant les gens ont conservé un attache solide, avec vénéré à le dire Dernier-né Massieu : “Je me souviens singulièrement que Pantalon Morel avait assidûment une cassette de biscuits à cause son colis car il avait aventure un entente alors Pépite Lanternier et Michel Vincent. Ils se sont aventure déprimer l’un alors une fiole, l’discordant alors les verres et le autre alors les biscuits, envers admettre ceci choeur lorsqu’ils se retrouveraient au ‘abondance des séculaires'”.

Des membres du commando Kieffer rassemblés en juin 1994 à Sword Beach, cinquante ans après avoir débarqué en Normandie.

Des abats du incursion Kieffer rassemblés en juin 1994 à Sword Beach, cinquante ans ultérieurement tenir apparu en Normandie. AFP – MYCHELE DANIAU



Montée link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

quelque atticisme sur la intermittent du monde de foot des streamers en 4 questions

Revoilà la jupe-culotte la avec recherchée de Vinted