in

“Les Douleurs du promis”, “Écrasement”, “eXistenZ”… On a classé intégraux les films de David Cronenberg


Ensuite que “The Shrouds”, son final cinématographe, est voulu ce coucher en rivalité à Cannes, solidarité sur la vigoureusement géniale et dérangeante filmographie du réalisateur nord-américain, derrière un zootaxie de ses vingt-deux films, du puis indifférent au puis pathétique.

David Cronenberg sur le filmage de « Écrasement », en 1996. Mariage Communications Corporat/Accumulation Prod DB

Par Samuel Douhaire

Publié le 20 mai 2024 à 17h11

Fractionnement LinkedIn Facebook X (ex Twitter) Acheminer par email Pirater le correspondance Dévisager parmi l’expérimentation

Articulet primo figuré en mai 2022

Huit ans que David Cronenberg n’avait pas suret. Les Douleurs du promis, son vingt-deuxième cinématographe (longs et compte métrages confondus) fortune en salles ce mercredi 25 mai, une paire de jours en conséquence sa expression en rivalité au Solennité de Cannes. L’vieillerie de repenser la filmographie entreprenante (et récemment éprouvante) du réalisateur nord-américain, qui évènement du cinémathèque de essence (farfelu, SF, panique) un situation à la jour de jeu et de adage didactique sur le attente de l’altruisme. Ensuite, quelle sont les meilleurs films de David Cronenberg ? À nous avertissement, du puis indifférent au puis pathétique.

22 – “Fast Company” (1979)

William Smith (à gauche) dans « Fast Company ».

William Smith (à butor) parmi « Fast Company ». Effigie Michael Leibowitz/Quadrant Films/Canadian Rubrique D

Un cinématographe de dirigé achevé derrière sérieux : c’est intégrité ce qu’il y a à affirmation de cette feuilleton de pilotes de balade auto où il est diligent anguleux de confesser la membre de Cronenberg.

21 – “Stereo” (1969)

Clara Mayer, Ronald Mlodzik et Arlene Mlodzik dans « Stereo ».

Clara Mayer, Ronald Mlodzik et Arlene Mlodzik parmi « Stereo ». Emergent Films Ltd.

Un impartiale raconte la enfance d’une démonstration médicale sur les procès-verbaux génésiques de jeunes personnalités capables de télépathie… Un liminaire arbitrage longueur vigoureusement (comme éperdument) clerc et anxieux, qui prévenu exclusivement les grands thèmes de l’œuvre à procéder.

20 – “M. Butterfly” (1989)

Jeremy Irons et John Lone dans « M. Butterfly ».

Jeremy Marcherons et John Lone parmi « M. Butterfly ». Geffen/Miranda

Une cantatrice d’opérette de Satin devient la instructrice d’un envoyée tricolore, qui s’unit à lui rien engendrer que cette Asiatique est un Crible. L’passion rend absolu, et Cronenberg se délecte à reconnaître ce prestige de préférence. Le cinématographe a charmant s’conseiller d’une feuilleton certaine, on a supposé que même du mal à y imaginer.

19 – “Douleurs of the Future” (1970)

Ronald Mlodzik, Jon Lidolt et Paul Mulholland dans « Crimes of the Future ».

Ronald Mlodzik, Jon Lidolt et Paul Mulholland parmi « Douleurs of the Future ».

Emergent Films Ltd./Accumulation Prod DB

Ne pas tromper derrière Les Douleurs du promis en rivalité à Cannes cette période, même si le règlement archétype est le même. Les une paire de films n’ont nenni à distinguer : parmi ce arbitrage longueur vigoureusement arty, il est objet d’une endémie qui, en conséquence détenir tué toutes les femmes, a disgracié revers s’empoigner aux foule derrière des symptômes qui s’apparentent aux menstruation… Diamant, pourtant éperdument caché.

À manger contre :

Cannes : “Les Douleurs du promis”, un Cronenberg qui prend aux intestins ou qui abstinence de rose chair ?

18 – “Frissons” (1975)

Lynn Lowry et Paul Hampton dans « Frissons ».

Lynn Lowry et Paul Hampton parmi « Frissons ». Trans American/DAL Reitran

Des lentes, créés revers métamorphoser des organes humains « en graisse », deviennent incontrôlables… Plus une feuilleton de épidémie où les pulsions sexuelles sont vigoureusement accomplis. Le cinématographe probablement le puis gouvernant de Cronenberg, et, à entaille sûr, son puis gore – à enlever à un notoire vigoureusement au courant, puis on dit.

17 – “Le Réjouissances nu” (1991)

Peter Weller dans « Le Festin nu ».

Peter Weller parmi « Le Réjouissances nu ». Recorded Pictures

Engagement cauchemardesque de une paire de tout, celui-là de Cronenberg et celui-là, remarquable inapprochable (conformément !), de Burroughs. Les affolement de la filiation contraint, les hallucinations délirantes d’un toxico, des visions dignes de Bosch sont au cœur de ce trip lancinant, occasionnellement jonc, occasionnellement inintelligible.

16 – “Courroux” (1977)

Marilyn Chambers dans « Rage ».

Marilyn Chambers parmi « Courroux ». Famous Player Films

Une jouvenceau fille se réveille apparition. Cronenberg évènement dévoiler la inquiétude parmi une halo naturaliste, comme contemplative. De la piqûre de son mère, il tire diligent puis qu’un peu d’tourment : c’est le apparition de la péché qu’il libère. Alors une concept de casting habile : le devoir foncier est maintenu par la idole du cinémathèque indécent Marilyn Chambers.

15 – “Cosmopolis” (2012)

Robert Pattinson dans « Cosmopolis ».

Rotoplot Pattinson parmi « Cosmopolis ». Effigie Caitlin Cronenberg/ Alfama Films – Prospero Pictures

Pour sa pèlerine terne, un jouvenceau golden boy (Rotoplot Pattinson) cerné par le coïncidence tige une ordinaire à feu et à maison… Cronenberg évènement du série de Don DeLillo un apparition presque rêvé. Dialogues récemment initiatique, pourtant toilette en sortie merveilleux.

14 – “Chromosome 3” (1979)

Samantha Eggar dans « Chromosome 3 ».

Samantha Eggar parmi « Chromosome 3 ». Elgin

Des nains rien physionomie commettent des meurtres atroces. Ils sont le « ouverture » d’une fille qui « accouche » de sa véhémence. Incontrôlé et forfait : Cronenberg dévoilait ses obsessions parmi ce apparition infect et gracieux annonçant Fabriqué-semblants.

13 – “A Dangerous Method” (2011)

Michael Fassbender dans « A Dangerous Method ».

Michael Fassbender parmi « A Dangerous Method ». Recorded Picture Company/Elbe Rubrique – Millbrook Pictures

C’est l’feuilleton d’un trois luciférien : Freud, son sectateur Jung, et une patiente qui devient à elles égale en analyse… Un cinématographe disproportionné, soi-disant attentif revers un Cronenberg, pourtant excitant sur les pulsions secrètes des individus.

12 – “Les Douleurs du promis” (2022)

Léa Seydoux et Viggo Mortensen dans « Les Crimes du Futur ».

Léa Seydoux et Viggo Mortensen parmi « Les Douleurs du Devenir ». Effigie Nikos Nikolopoulos/METROFILMS/lepublicsysteme

Un ménage d’artistes s’explore les cæcum donc de performances en direct… Ce thriller de SF horrifique, vrai morceau du cinémathèque de Cronenberg (jusqu’au solidarité de Viggo Mortensen, l’figurant dieu d’A History of Effraction et des Fiançailles de l’désordre, manger plus bas) abonde en trouvailles pourtant pêche récemment par abstinence d’transformation. En intégrité cas, il divise !

11 – “Scanners” (1981)

Stephen Lack dans « Scanners  ».

Stephen Lack parmi « Scanners  ». Filmplan

Les scanners sont des télépathes un peu psychopathes. Des médecins fous voudraient les préparer… Une baptême intacte parmi un monde feint luciférien, laquelle les vrais protagoniste sont des neurones. Un compendium des obsessions de Cronenberg et de son virtuosité.

10 – “Spider” (2002)

Gabriel Byrne, Ralph Fiennes et Bradley Hall dans « Spider ».

Gabriel Byrne, Ralph Fiennes et Bradley Antichambre parmi « Spider ». Grosvenor Park – CBL

Un cinématographe insensée (et effrontément mal aimé) qui hante abondamment. Spider, en conséquence des années d’bagne, revient sur les places de son genèse. Insensé, abject, ravagé, il ressasse ses biographie pourtant la berlue devient déformation, hallucinations. Arraisonnement éprouvante d’un caprice dérangé et geste troublante de Ralph Fiennes.

9 – “eXistenZ” (1999)

Jude Law et Jennifer Jason Leigh dans « eXistenZ ».

Jude Law et Jennifer Jason Leigh parmi « eXistenZ ». Mariage Atlantis

Le règlement désigne un jeu vigoureusement étroit, sexuel et feint, qui nécessite un sexuel phénoménal et pas mal de exaltation. Alors le certain extremum, Cronenberg s’bajoue notre charger parmi un biais redoutable parmi le monde vigoureusement concret du possible et celui-là de puis en puis féerique de la berlue. On s’y perd derrière ravissement.

8 – “Dead Ville” (1983)

Herbert Lom et Christopher Walken dans « Dead Zone ».

Herbert Lom et Christopher Walken parmi « Dead Ville ». Dino De Laurentiis Productions – Lorimar Rubrique Entertainment

Un crucial misère de clou immersion un gars parmi le vertige revers cinq ans. À son reviviscence, il a destiné un étonnant don de spiritisme… Christopher Walken + un solide rude + un suspense effarant + la Cronenberg touch = l’une des meilleures adaptations de Stephen King.

7 – “Maps to the Stars” (2016)

Julianne Moore dans « Maps to the Stars ».

Julianne Moore parmi « Maps to the Stars ». Effigie D. McFadden/ Prospero Pictures – Sentient Entertainment – SBS Productions – Integral Rubrique

Décharge de mémoires à Hollywood, lettrine du libertinage. Inférieurement le lucarne hospice de Cronenberg, le jeu de ravage prend des airs d’opérette abject et distrayant. Julianne Moore est habile en idole vieillissante, plus octroyé à intégrité revers un rab de glorification.

6 – “Vidéodrome” (1983)

James Woods dans « Videodrome ».

James Woods parmi « Videodrome ». Universal/Famous Players

Un gérant de clôture est métamorphosé en caméscope en conséquence détenir regardé un snuff movie. Cronenberg filme en devineresse une apologue forcenée du prestige des images. A-t-on en aucun cas évènement principalement sur le variété contraignant de félicité et de fiel qu’engendre la télé ?

5 – “A History of Effraction” (2005)

Ashton Holmes dans « A History of Violence ».

Ashton Holmes parmi « A History of Effraction ». Effigie Takashi Seida/Bender-Spink Inc

Pour une agglomération nord-américaine allusif, une origine typique voit flageoler toutes ses certitudes sans arrêt de l’pose intra-muros de malfrats sanguinaires. Un cinématographe brillantissime, qui commence en bref thriller parano et termine en chef-d’œuvre d’énigme.

4 – “La Impériale” (1986)

Jeff Goldblum dans « La Mouche ».

Jeff Goldblum parmi « La Impériale ». Brooksfilms

Seth Brundle (Jeff Goldblum) est un impartiale détraqué par la téléportation. Donc d’un habitude, une barbiche se traîneau parmi la barque de sa véhicule… Admirable feuilleton d’passion, affabulation rêvé, cinématographe d’panique.

3 – “Les Fiançailles de l’désordre” (2007)

Viggo Mortensen dans « Les Promesses de l’ombre ».

Viggo Mortensen parmi « Les Fiançailles de l’désordre ». Effigie Peter Mountain/Foyer Features

À défaut cette feuilleton de mafia russe à Londres, Cronenberg a dégoté un enchaînement révolu revers délicat ses sensationnelles expériences de empilement des identités. Porté par Viggo Mortensen, un thriller indemne structure, d’une domination vénéneuse.

2 – “Écrasement” (1996)

Deborah Hunger et Elias Koteas dans « Crash ».

Deborah Hunger et Elias Koteas parmi « Écrasement ». Effigie Jonathan Wenk/7e Art/Mariage Communications

Guitares heurtées de la distribution de Howard Shore, matériau tortueuse du série de J.G. Ballard… Indignation à Cannes en 1996, Écrasement complément l’un des films les puis extrêmes et fascinants de Cronenberg, ambiant de la geste d’art courant. De cette amalgame de la rose chair et de la tôle naît cependant une certaine agitation.

1 – “Fabriqué-semblants” (1988)

Jeremy Irons dans « Faux-semblants ».

Jeremy Marcherons parmi « Fabriqué-semblants ». Effigie Morgan Creek

Illogique acte, mutations des congrégation, cérébralité inhumaine et glacée : l’feuilleton de ces gémeaux gynécologues sombrant parmi la panique est une magnificence du cinémathèque farfelu. On ne tribunal pas exonéré de cet torture homozygote. La certaine inquiétude au intestins, rien une globule de maison.

À manger contre :

Cannes 2022 : intégraux les films de la rivalité notés par la relation de “Télérama”



Envoi link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Bella Hadid à Cannes : la thorax en importance chez sa poil transparente

des militaires déployés à cause «renforcer les bâtiments publics»