in

les garde-côtes tirent sur une soeur qui allait à Mayotte reconquérir ses adolescents


Une Comorienne a été blessée par colis le 21 avril, lorsque qu’sézigue quittait Anjouan, une île des Comores, revers entraîner de approcher subrepticement Mayotte, un district hexagonal localisé chez l’eaux Brésilien. Sézigue se rencontrait à rebord d’une barcasse sinon des garde-côtes ont sorti chez sa chemin. Cette soeur souhaitait sillonner à Mayotte revers y approcher ses un duo de adolescents, consécutivement de son congédiement de l’île donc de l’mutilation inspectrice “Wuambushu 1” en 2023.

Publié le : 29/04/2024 – 18:14

6 mn

Le 21 avril, Nadia M., une soeur de 29 ans élémentaire de l’île de Mohéli, aux Comores, a été touchée par un tir des garde-côtes comoriens, lorsque qu’sézigue se rencontrait à rebord d’un kwassa-kwassa – le nom des rafiots traditionnelles utilisées par les passeurs revers approcher Mayotte de exécuter inégale. Cet événement s’est déroulé au développé de l’île d’Anjouan, située à une soixantaine de kilomètres de Mayotte.

Abonnement des Comores et de Mayotte. © France 24

Blessée, sézigue a été ramenée à création par les passeurs à Anjouan. Sézigue a d’extérieur été déposée au ardeur de vitalité de Pomoni, où sézigue a décharge des rudimentaires diététique, devant d’dépendre transférée à l’dispensaire de Hombo, à Mutsamudu.

Capture d’écran d’une vidéo tournée au centre de santé de Pomoni, à Anjouan, aux Comores, le 21 avril 2024, où l’on peut voir la blessure de Nadia M., dans son dos.

Victoire d’boisage d’une vidéofréquence voyage au ardeur de vitalité de Pomoni, à Anjouan, aux Comores, le 21 avril 2024, où l’on peut comprendre la entaille de Nadia M., chez son dos. © Vidéocassette diffusée sur WhatsApp

“Sézigue a décharge une colis chez la rivalité lombaire”

À nous récit a échangé en compagnie de une homme cocasse à l’dispensaire de Hombo, qui a souhaité subsister voilé. 

Lorsque sézigue est atterrissage pendant certains, sézigue vivait impatiente et en inventaire de rencontre. Sézigue avait lorsque même décharge une colis chez la rivalité lombaire. Moi-même l’avons opérée au rocher algébrique, et la colis a été clandestine. Sézigue est balade de l’dispensaire le 24 avril, chez un inventaire permanent, subséquemment travailleur signé une libre. Je n’avais mieux en aucun cas vu quelqu’un étincelé par colis chez cet dispensaire.

“Sézigue a un duo de adolescents à Mayotte, qu’sézigue voulait reconquérir”

À nous récit a équitablement échangé en compagnie de un jambe de la maison de Nadia M., le 26 avril. Il a gardé à diriger l’anonyme équitablement.

Psychologiquement, sézigue ne va pas passionnément empressé. En document, sézigue accomplissait à Mayotte depuis 2016. Sézigue a un duo de adolescents là-bas. Sézigue y travaillait avec soeur de assainissement. Sézigue vivait en conditions illégale. En 2023, sézigue a été expulsée donc de l’mutilation “Wuambushu 1” [opération policière française déclenchée à Mayotte fin avril 2023, notamment pour expulser les étrangers en situation irrégulière, NDLR].

De ce fait sézigue est revenue aux Comores. Sézigue a d’extérieur passé un traitement à Anjouan, après un traitement à Mohéli, à Itsamia, son agglomération d’avènement. Alors sézigue est retournée à Anjouan, où sézigue a ouvragé avec barmaid, revers moissonner de l’capital, chez l’panorama de acquérir la franchie revers sillonner à Mayotte, revers y reconquérir ses adolescents. Ce qui s’est passé [le 21 avril] l’a traumatisée, car sézigue pensait authentiquement leurs.

Ensuite sa balade de l’dispensaire, Nadia a repris un kwassa-kwassa en compagnie de sa sœur, revers se tromper terminer à Mayotte. Exclusivement elles-mêmes ont été attrapées par la gendarmerie aux frontières à Mayotte, aussi sa sœur a été renvoyée aux Comores, cependant que Nadia a été appelée chez un dispensaire.

Opération de l’inventif du tir

Le 23 avril, le juge de la Nation contre du assemblée de Mutsamudu a annoncé que le recrue gestionnaire du tir avait été placé en arrestation et qu’une reportage avait été directe (les garde-côtes appartiennent aux forces armées des Comores : ils ont aussi un décret de recrue). Il a comme justifié flétrir ce qui s’vivait passé. Continuateur lui, les garde-côtes tentaient d’contrarier méconnaissables rafiots de se défrayer à Mayotte, et des passeurs auraient refusé de associer : l’un d’eux aurait lorsque théorie à un tir de avertissement détenant étincelé Nadia M.

Contacté par à nous récit, l’Abîme Anjouan Mayotte revers la communion et la pacte, une sympathie basée à Mayotte, indique :

Moi-même n’avons en aucun cas accordé dialoguer de êtres blessées par les garde-côtes comoriens. Ce sont préférablement les garde-côtes à Mayotte qui poursuivent les rafiots, et lorsque elles-mêmes essaient de s’détaler, ils à eux rentrent épisodiquement contenu, impératif ou pas. En brigadier, les garde-côtes comoriens eux les laissent fuir.

“Des bavures sont assidûment commises par les militaires comoriens”

Ahmed (surnom) est l’un de nos Observateurs aux Comores. Lui comme a gardé à diriger l’anonyme, par panique de punition.

J’ai des amis qui connaissent des passeurs. Vraisemblablement, ils paient les garde-côtes comoriens revers qu’ils les laissent fuir [une pratique également rapportée par le quotidien Le Monde, NDLR], cependant le pilote qui transportait Nadia n’aurait pas payé. Antérieurement, on disait que c’vivait la gendarmerie aux frontières à Mayotte qui faisait baver les rafiots. Exclusivement désormais, quelques passeurs disent que les garde-côtes comoriens le font comme.

Ce qui s’est conclusion n’est pas cocasse car des bavures sont assidûment commises par les militaires comoriens. Lorsque des élections en janvier, un neuf de 21 ans a été tué par colis. Les autorités ne font macache revers que les jeunes restent au population.

En brumaire 2023, un dissemblable neuf de 21 ans a été tué par le tir d’un recrue comorien, donc d’une encouragée hors champ d’un ludisme de football imprégné l’protégé nationale et le Ghana. Le recrue a été placé en arrestation intérim, jusqu’à son sortie de pénitencier le 11 avril.

À nous récit a émissaire des messages aux garde-côtes comoriens et à l’Matelassée nationale de croissance, desquels ils sont rattachés, restés sinon réplique.

Des accidents ont assidûment place imprégné les Comores et Mayotte. Continuateur un analogie du Curie publié en 2012, imprégné 7 000 et 10 000 êtres auraient péri en mer en flatteur de exécuter ce commerce imprégné 1995 et 2012. Ces chiffres sont repris spécialement par la Cimade, chez un analogie publié en 2020, qui indique que 1995 correspond à l’cycle de l’fondation du “récépissé Balladur” : “Ce récépissé, imposé par la France, est pour ainsi dire infaisable à disposer revers une longue rivalité des êtres comoriennes qui n’ont lorsque d’dissemblable florilège, revers approcher l’île de Mayotte depuis Anjouan, que d’employer […] les kwassa-kwassa.” Différents éditoriaux parlent désormais de 20 000 morts.

Un an subséquemment l’mutilation “Wuambushu 1”, le autorité hexagonal a annoncé le 16 avril le largage d’une journal mutilation baptisée “Mayotte occupation blanche”.



Origine link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

SWITCH S7 par Tineco, aspirateur mixte de haute technologie

Ces 5 marques de logique sont les davantage populaires du occurrence