in

Les prisons, arcs des quelques gangs les avec influents du Brésil


De à nous agente à Rio de Janeiro – En tenant un proportion d’entreprise étroitement de 165 %, le Brésil fable devant à une surpeuplement carcérale geste depuis des années. Un accumulation marquant qui a donné agnèlement aux quelques avec grandes factions criminelles du peuple : le Comando Vermelho (CV) en 1979 et le Primeiro Comando da Empressé en 1993 (PCC). Depuis des dizaines d’années, ces quelques gangs se servent des failles systémiques de la pouvoir carcérale à cause policer, enrégimenter et agrandir à elles réseaux. 

“CV” – l’graffiti est distinguée. Elle-même est taguée en obscurité sur un mur d’une rue accolée à la Via Apia, l’une des artères principales de la bidonville Rocinha à Rio de Janeiro, au Brésil. Si à cause bougrement ces quelques culture ne signifient pas grand-chose, les habitants savent qu’elles-mêmes marquent sinon circonlocution qui est aux commandes de la avec éternelle bidonville d’Amérique du Sud : le Comando Vermelho.  

Mieux première clique du Brésil, lui-même est devenue aujourd’hui l’une des avec puissantes. À l’source, le Comando Vermelho est une harmonie imprégné militants communistes et centres assassin incarcérés à la forteresse Candido Mendes, située sur l’île d’Ilha Éternelle, à une centaine de kilomètres au sud de Rio. Si aujourd’hui ses plages paradisiaques attirent jouxtant de 290 000 touristes en 2023, subséquent la Instauration brésilienne Getúlio Vargas, peu savent qu’lui-même abritait jusqu’en 1994 l’une des prisons les avec sécurisées du peuple.  

La forteresse de Candido Mendes sur l’île d’Ilha Éternelle a été fermée en 1994. © Fanny Lothaire, France 24

Braqueurs, voleurs, et centres révolutionnaires croupissaient sinon accessit dans lequel un monument corral par les océan turquoise de l’Atlantique sud. Moyennant les prisonniers, c’est préférablement le réminiscence de l’saturation, de la familiarité, des situation de vie cauchemardesques ponctuées par la emportement des gardes. “Cet devanture superbe a le douleur d’caractère depuis beaucoup coassocié à la contrit bonne” témoigne William da Silva Lima, séquestré dans lequel les années 1970, dans lequel son fascicule Quatrocentos contra Um (Quatre cents pour un) publié en 2016.  

Aujourd’hui, la prison de Candido Mendes a été transformée en écomusée. Peu de touristes connaissent toute l’histoire de l'île et de son centre de détention.

Aujourd’hui, la forteresse de Candido Mendes a été transformée en écomusée. Peu de touristes connaissent toute l’série de l’île et de son épicentre de captivité. © Fanny Lothaire, France 24

Mieux évident au-dessous le nom de “Instituteur”, William da Silva Lima a été l’un des braqueurs les avec célèbres de Rio de Janeiro et l’un des fondateurs du Comando Vermelho. Prévenu jusqu’en 1979 dans lequel la forteresse de Candido Mendes, William da Silva Lima longe des abattis du MR-8 et de l’ALN, quelques centres révolutionnaires et antifascistes. Ces évolutions communistes ont organisés de multiple embûches pour le diminution major amazonien instauré conséquence au plaie d’Relevé le 2 avril 1964.  

Ces centres sont particulièrement connus à cause l’opération de l’représentant étasunien Charles Burke Elbrick le 7 septembre 1969 et à eux heurt conjointe pour la tyrannie major qui sévit jusqu’en 1985 au Brésil. Les prisonniers politiques et bandits se retrouvent à approvisionnement les uns sur les différentes dans lequel des cellules exiguës. En les enfermant assortiment, “les collectifs cherchent à les panser alors de vulgaires criminels de spontané petit” explique Misha Gelnny dans lequel son divulgué Nem da Rocinha, excursion et cabriole du caïd de la bidonville allégorique de Rio.  

À se référer à aussiSurpopulation carcérale au Brésil : des situation de captivité inhumaines

Toutefois assortiment, les détenus vont manoeuvrer une distincte vraiment factice qui va s’attaquer à l’pouvoir carcéral. Les prisonniers politiques dispensent cependant des école d’magot à à elles codétenus et à eux apprennent à réaliser des enlèvements pour rançons ou des braquages de maison : la Formation pourpre est née, préexistant nom du Comando Vermelho. 

Vingt ans avec tard, c’est plus la même agressivité du méthode pénitentiaire amazonien que naît le Primeiro Comando da Empressé (PCC) dans lequel les couloirs sombres des prisons de São Paulo. Le 2 octobre 1992, une rébellion saigneuse mort à Carandiru musicien 111 morts , 60 blessés laquelle 25 policiers. Le amorce ? Les situation de vie déplorables.  

Fatima Souza, scoliaste praticien du PCC et auteure du divulgué PCC, a facção, confie qu’lui-même “a conçu que cette dissidence vivait différente. C’vivait régenté, il y avait un organisateur et il demandait de meilleurs traitements à cause les prisonniers”. 

La favela Rocinha à Rio de Janeiro, contrôlée par le Comando Vermelho.

La bidonville Rocinha à Rio de Janeiro, contrôlée par le Comando Vermelho. © Aliénor de Outillage, France 24

 

Toutefois ce n’est qu’un an avec tard, le 31 août 1993, à l’chance d’un challenge de foot, régenté à la forteresse de Taubaté dans lequel l’Relevé de São Paulo, que le PCC paré son maîtrise. Le compétition se termine en lutte imprégné quelques gangs rivaux. L’pourvu victorieuse du compétition décapite le organisateur du clique ennemi et le vice-président de la forteresse. Le PCC vient réglementairement de faire le avive de la forteresse et impôt son pouvoir. Un duo de jours avec tard, “à la chandelier d’une lustre, les statuts du PCC sont écrits et signés à l’logement de la forteresse” , raconte Fatima Souza. En l’horizon de plusieurs jours, ce “fédération de prisonniers” se transforme en clique pyromane de éternelle silhouette.  

Élément que à cause le Comando Vermelho, de multiple prisonniers voient plus le PCC la aubaine d’amender à elles situation de vie, ce que l’Relevé ne à eux permet pas. Bientôt, la factice du PCC se répand alors une trace de blanchi, de même affairé dans lequel la forteresse qu’à l’accueil, ses abattis sont de avec en avec multiple. 

L’confusion fable la factice  

L’une des premières mesures adoptées par le Comando Vermelho est la habillement en ardeur d’une “bagage circonscription”, subventionnée par le gain originel des inégaux délits. Ce pot petit sert à soutenir la vie à l’logement de la forteresse uniquement de même à régler certaines tentatives d’évasions. Identique celle-là, étonnant en autogire de José Carlos do Reis Encina, l’un des fondateurs du CV, le 31 décembre 1985. Bientôt, l’esprit  communiste est abandonnée au grâce d’activités criminelles lucratives. 

Ce que le Comando Vermelho réussit à prendre à Rio de Janeiro, le PCC l’entreprend à São Paulo. Suivant Fatima Souza “jouxtant de 85 % des êtres qui entrent dans lequel la forteresse sinon prendre paragraphe du clique paulista le deviennent en moins d’un mensualité.” Les quelques factions assurent la sûreté, un éclatant avantage et la complicité aux détenus. Moyennant également, le PCC met en ardeur une pouvoir d’acquiescement qui s’allié à une alliance. Moyennant unir la clique, le garant doit deviner un séquestré qui le parraine pour triade mensualité, assumer imprégné 25 et 30 R$ (imprégné 4,50 et 5,50 euros aujourd’hui, NDLR) et prendre un initiation de généreux. En tenant cette dernière modalité, le séquestré promet stabilité jusqu’à la fin de ses jours. En l’horizon de vingt-sept ans, le PCC a orthodoxe jouxtant de 35 000 “frères”, duquel il faut augmenter de multiple “partenaires” alors des vendeurs ambulants, des concessionnaires de voitures importées, des stations-services, chaque iceux permettant de savonner l’caisse du concussion. 

La toxine, baie envoûtement le maîtrise  

Moyennant agrandir son maîtrise à la affranchissement des quartiers pauvres de Rio de Janeiro, le Comando Vermelho se saisit de la conte exploitation de la cocaïne. En 1990, la clique avive jouxtant de 90 % des favelas cariocas. Moyennant se prendre entériner par la pays, le Comando Vermelho n’hésite pas à régler des écoles de samba, seconder les habitants à deviner des emplois, fournir des paniers alimentaires chaque avec à dissimilitude la surveillance en adret de indulgent gratifications.  

La impératif d’caractère la suffrage des prisonniers permet au PCC de inspecter vulgaire à vulgaire le concussion de drogues à l’logement des prisons. Il condamne le caîd uniquement autorise la marijuana qui participe à habituer les détenus. Bientôt, les prisonniers libérés et abattis du PCC développent à elles réseaux. Ils commencent à décider plus le Paraguay, la Bolivie, l’Uruguay, le Mexique. Fatima Souza observe que la clique a une facture étroite de aller : lui-même ne se considère ni alors une mafia ni alors un association uniquement préférablement alors “une comptoir qui a un diffusion cosmopolite”. Sérieusement, le maîtrise du PCC a caduc les frontières de São Paulo à cause s’accroître au Brésil, avec à l’Amérique latine et finalement à l’terre et l’Eurasie. Un concussion qui lui rapporterait jouxtant de 4,9 milliards de reais (8,9 milliards d’euros) subséquent le Gaeco (Tend d’Fonctionnement Personnelle à cause la Pénalité du Attentat Réglé au Brésil).  

Le ellipse impur du méthode pénitentiaire amazonien   

Cette relâchement territoriale a attiré de multiple affrontements imprégné les quelques avec grandes organisations criminelles brésiliennes. Les dernières années ont été sans cesse marquées par des universels de dommages dans lequel les prisons. En 2016, l’acceptation de bien-être qui coupé depuis jouxtant de quelques décennies, imprégné les quelques organisations criminelles prend fin. En témoigne le pennon d’un attention du biographie El Pais publié le 20 octobre 2016 : “Les rébellions sonnent la fin du harmonie imprégné le PCC et le CV et augmentent la difficulté dans lequel les prisons”. 

Ce rectification cédé secteur à des guerres de territoires, alors celle-là boulevard en 2019 à Manaus, en Amazonie. À cause la ténèbres du dimanche 26 au lundi 27 mai 2019, jouxtant de 55 prisonniers ont été tués dans lequel hétérogènes prisons du septentrion du Brésil. Étranglements, décapitations, rixes… la emportement est atténuée par des situation de captivité interminablement avec déplorables, caractérisées par des cellules dépourvues de chandelier et de aération, une famine nutritif et une pollution préoccupante.  

Si dans lequel les années 90, le Brésil comptait 90 000 prisonniers, à eux affluence a explosé à cause acquiescer 834 874 détenus en 2023, subséquent les occasion du nation amazonien, musicien du peuple la étrangère pays carcérale au monde. Cependant cette intensité démonstrative de prisonniers, la aptitude d’dehors, lui-même, n’a pas ininterrompu le compté bavaroise des incarcérations. Favorisant des situation de vies compliquées et le progrès de l’autorités des gangs dans lequel les prisons. Suivant une culture publiée, le 14 décembre 2023, dans lequel le biographie Folha de São Paulo, le PCC est libéralité dans lequel les prisons de 23 détails sur les 26 que garanti le Brésil, amen quelques de avec qu’en 2022. Le CV lui a gagné le avive de six détails en l’horizon d’un an, amen une gantelet habillement sur les prisons de 21 détails.



Commencement link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

laquelle sont les meilleurs émulateurs sur iPhone et iPad ?

Avec ou en échange de : le culotte capri