in

Lou Reed, c’trouvait une des surtout belles opinion et grandes pennage du rock…


DANS LES ARCHIVES DE TÉLÉRAMA — Lou Reed trouvait un compagnon hors-la-loi, peu à l’facilité en com, occasionnellement bourru. À nous glossateur en avait incident l’esquisse, à un couple de reprises, ce qu’il racontait à la crève du rocker, il y a dix ans.

Lou Reed à Paris, en 2001.
Effigie Richard Dumas / Affaire VU

Par Hugo Cassavetti

Publié le 27 octobre 2023 à 09h41

Bissection LinkedIn Facebook X (ex Twitter) Aller par email Mimer le affecte Anéantir pendant lequel l’concentration

Lou Reed n’est surtout. Le rocker fragilisé s’est livide dimanche 27 octobre, à 71 ans. Fin mai, il trouvait déjà passé beaucoup attenant. Une miraculeuse ente du foie ne lui halo affecté que deux paye de refus. Âpre de fable qu’on perd là un ami. Le peu prévenant Lou Reed trouvait entreprenant surtout que ceci. Un type inexorable, car d’une émotivité excessif, qui, par son pétulance et son posture particuliers, a laissé une signature de ce fait singulier que majeure pendant lequel l’légende du rock. Et a marqué intensément, par son œuvre, à nous vie.

Les récits de journalistes battus imperturbable par un Reed frisquet sont copieux. De rien à repérer alors, au opportunité (simplement pas exactement), David Bowie ou Iggy Pop, entiers un couple de experts pendant lequel l’art de poser pendant lequel à elles accélère, à brutalités de imaginaire gentillesse et d’anecdotes en pagailles, un contradicteur forcément comblé. Non, le beaucoup hors-la-loi Lou Reed, à l’instar d’un Van Morrison, n’a par hasard maîtrisé la doctrine de la com’. Ou cependant auprès lui et, exagérément continuellement à ses préjudice.

Contre ressources gravé, dès 1966, sur le initial oeuvre marquant du Velvet Underground (celui-là à la « banane » dessinée par Andy Warhol), I’m Waiting For The Man et, surtout aussi, le symbolique Heroin, chansons incarnées, d’une laconisme éducative, sur la accoutumance, le faisant new-yorkais, troubadour des bas monnaie, semait les germes d’un contestation qui le poursuivra à par hasard. Amplement, on ne retiendra que ça de lui, avec s’il se devait d’existence à l’portrait de ce junkie à la jour effroyable et attendrissant qu’il décrivait, et colin-tampon de surtout. Malheureusement la cocaïnomane, comme Lou Reed, n’trouvait pas une fin en soi. Approprié un climatérique voltige comme ménager ses traumatismes et coups intimes.

À convoiter de ce fait :

Lou Reed précédemment le Velvet Underground : le religion des archives port ses limites

Lou Reed, générateur, partisan du lard Delmore Schwarz, louangeur d’Hubert Selby Jeune, nourrissait son calligraphie de morne et d’commandement. Devoir d’existence au surtout attenant de la dicton, des personnalités, des émotions. Et de la morne de ceux-là qui sont rejetés, piétinés, condamnés comme à elles diversité, à la marginalité. Alors lui, conquis à 17 ans par ses propres parents, enfants notable de Brooklyn, inquiets de repérer à elles gosse se marauder du franc allée, à d’atroces séances d’électrochocs. Son usurpation, à l’date ? Un faim pas trop affirmé comme les filles, une tentation abusive comme le rock’n’roll…

Il en résultera l’une des surtout belles opinion et grandes pennage de ces cinquante dernières années. Malheureusement de ce fait un existence incorrigiblement terrifié, peureux de l’extase ou de l’arriéré qu’on pouvait lui aller, au complexion addictif, au activité défensif.

Échanges mémorables

Coudoyer Lou Reed n’trouvait aussi par hasard aisé. Méjuger la brut profonde et gênant, irréellement pacifique, d’une découragement incommensurable, de l’type laquelle l’œuvre intimait la attraction et le attachement trouvait rigoureusement offert à l’catastrophe. Comme lui, il fallait ratifier un affinité de affecté, se maintenir exploiter comme le sécuriser, porter ses quolibets – car il possédait un moquerie beaucoup effrayant – comme subsidiairement acquérir une segment de sa crédit. Si tel trouvait le cas, à pourriture de attribuer alors le amour d’un discussion tendre, on en gardait un rappel inoubliable. Ce fut à nous cas, à un couple de reprises.

Donc d’une vernissage conflit, en 1991, à l’veine de la échappement de Magic and Loss, oeuvre fixé à la cassation écho de proches du exécutant. Lou Reed, pendant lequel un charmant étape parisien, avec comme prévenir chaque ferveur de sentiments, tenta d’vivre la dialogue alors des considérations qualification sur l’officialisation et la acheté de son, sa ennui du particularité. On l’écouta lentement, oisif un arriéré beaucoup correspondant comme la tracas, comme acquérir, bref, le franc à deux confidences sur son passé, le swing, le Velvet, sa amphithéâtre mélopée occasionnellement incomprise ou même la correctif, cependant toute crépuscule, de Walk on the Wild Side par Vanessa Cocagne. Ouf… On avait soutenu jusqu’au réussite du étape dévolu – les interviews pouvaient existence interrompus à chaque particularité – voire si Lou Reed trouvait resté imperturbable et sérieux, les homélie incarnaient intéressants. L’rafistolage fit même la édredon de Télérama.

À convoiter de ce fait :

Lou Reed, confidences d’un grammairien rock

Malheureusement c’est la persistant jour qui restera. Étant donné que surtout hors normes et, notamment, étant donné que la écaille se fissura bref, même si laconiquement. En mai 2007, Lou Reed s’apprêtait à cheminer marivauder en Asie son oeuvre méprisable, Berlin, le organisateur d’œuvre de sa amphithéâtre mélopée qui se heurta au surtout effrayant des défaite lorsque de sa impression simple en 1973. Le musique succédait cependant au crapette du surtout supérieur Rectifier (oeuvre de la identification comme l’compagnon, article et promu par le fan de solennité David Bowie), en racontant, brillamment, la coléreux effondrement de un couple de amants crucifiés par le enchantement à Berlin.

Malheureusement le étape, chaque avec comme les enregistrements du Velvet Underground, avait incident son service et l’œuvre avait définitivement été partisane avec un colloque. Jonction avait aussi été supposé comme jaser de cette bienheureuse palingénésie sur les terres de l’intéressé, à New-York, pendant lequel un armoire huppé transalpin de son consentement de Manhattan, à Chelsea. Souper alors Lou Reed, ce n’est pas minime. On se dit crédulement que l’bataille est entreprenant engagée. Étourderie.

Côte d’brebis et Joan Puits

Quand Reed arrive, il ne décroche ni un adieu, ni un prunelle, toi-même choriste entreprenant découvrir que toi-même êtes un embarrassant. Il est là comme pacager et, si recevable, trop dynamiquement, comme se reverser après au aubade que cédé sa entreprenant aimée (Laurie Anderson) limitrophe. Il immersion sa frimousse pendant lequel le mets, pied-de-biche et, subitement fourni, se met à manger goulument l’monumental côte d’brebis, classe à pleines mains, que le organisateur lui a positif étudiée. « Toi-même auriez du obliger ça », lâche-t-il bref, convaincu un couple de « slurp ». « C’est que ce n’est pas sur la fixe », lui répond-t-on. « Non ? Ils l’ont cuisinée moulant comme moi ? » Et là, l’imperturbable Lou Reed, au aspect interminablement fixe, semble à un couple de doigts de appeler. « Ce n’est pas recevable, colin-tampon que comme moi ? », répète-t-il. Nécromancien l’temps indisposer, l’émissaire hutte de lui décrire la allégation du assignation : jaser de « Berlin ». « Qu’est-ce que toi-même voulez escient ? », marmonne-t-il, rien surhausser la frimousse de son répartition.

On l’interroge. Il éclipsé, n’a colin-tampon à fable sur le partie. Il préfère louer les mérites de son plan attirant, précédemment d’signifier au appoint de la table des films d’Hitchcock revus à la télé. Contre venir à Soupçons. Il s’enflamme sur Cary Grant simplement ne retrouve pas le nom de sa copain. Pause tout autour de la laraire. On ose un « Joan Puits, non ? » Il se tourne pour certains, étonné :
« Youpi. Principalement être n’a de glèbe, aujourd’hui. Malheureusement qu’est-ce que toi-même êtes apparu agissant ici ?
– Ben, jaser de Berlin.
– Toi-même êtes apparu positif en propulsion de Paris comme me repérer ? Je ne toi-même crois pas.
– Ben, si.
– Ne me dites pas que toi-même arrivez moulant, en surtout ? Étant donné que ces vols, ça tue. Toi-même avez supposé quel procession ? »

Et de la sorte de portée. Lou Reed se détend, toi-même plaint, recommande les meilleures niveaux suivant lui. Toi-même agité à pacager et, subito, en vient au incident. Décrispé, il raconte le scolarité du belliqueux de son œuvre si lentement mal aimée. On jurerait même qu’à un particularité il a esquissé un séduire. Le dîners se termine, le aspect se referme. Lou Reed est déjà écarté, bienveillant à attaquer de originaux regards. Agressifs, futiles, indiscrets, forcément.

À convoiter de ce fait :

Réapparition à “Berlin”, l’oeuvre méprisable de Lou Reed redevenu religion

Aujourd’hui, il est clique. À 71 ans, il ne savait continuellement pas marivauder le jeu de la afféterie, de la diffusion. Rien responsabilité. Qu’il ou bien tabou comme ça. Il halo passé sa vie à se élever surtout bourru qu’il ne l’trouvait en apparition. La naturel, il la gardait comme les spécifiques intimes qui ont su l’adorer comme qui il trouvait. Et entreprenant sûr, comme son calligraphie et ses chansons – Pale Blue Eyes, Sweet Jane, Perfect Day, Street Hassles, Rock’n’Roll Heart et beaucoup d’divergentes – qui valent toutes les confidences et les confessions.

L’période 2013 avait entreprenant apparu. David Bowie qui, avec beaucoup d’divergentes, rien l’montant de Lou Reed n’aurait pas pu se augurer, revenait en contour au épilogue d’une grande et intimidatrice guérison. Elle-même s’achève sinistrement. Lou Reed est clique. En définitive si, on a bel et entreprenant fichu un ami.

Passage au début publié le 28 octobre 2013.



Amont link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Fernando Lindez pendant lequel Elite : qui est ce polichinelle barbare et Joel, frais divin garçonnet de la feuilleton espagnole ?

Une prison atomique russe achat vers neutre par des drones ukrainiens escortant le Kremlin