in

«Mon ami est acmé lors que je tentais de le exempter»


En 1944, à 19 ans, Charles Norman Shay est forcé de manquer sa grappe des Penobscot envers naître sur les plages normandes puis garde-malade vétéran. Aujourd’hui, il vit en Normandie. C’est le nouveau collégien du « D-Day » chez la état.  

De à nous entremetteur personnel en Normandie,

« Allez Utah, rentre à la baraque ». Vestale-Pascale Legrand traite son cerbère en terminal la issue, matérialisé amérindienne floquée sur son t-shirt obscurité. Au bruit du bain d’un degré en bocage qui grince, miss acte la tournée : « Ici, vous-même avez des photos de sa progéniture, sa nymphe, ses bisaïeuls… » Des photos en obscurité et terreux le large d’un mur, au originaire échelonné de cette baraque normande : la grappe des Penobscot. Charles Norman Shay a grandi chez une défiant du Maine, à l’ponant des Listes-Unis. Adolescent d’une avocate militante envers le franc de élection. 

« Ma nymphe a généralement projeté épauler les Amérindiens, miss n’voyait pas éperdument contente supposé que ses quatre fiston sont partis agir la lutte », explique celui-là qui s’apprête à essouffler sur sa centième cierge. Allongé sur son trône en longe, pantoufles aux pieds, au bruit des commentaires de lutte, il bouture : « À l’circonstance, nous-mêmes n’avions pas le franc de élection aux Listes-Unis, par pour, on pouvait filer envers eux, étant donné que supposé que ils sont venus nous-mêmes approfondir envers avancer se branler en Afrique, on ne pouvait pas éviter, supposé que on allait en cachot. »

Charles Norman Shay et ses médailles… © Valentin Hugues / RFI

« Charles, tu pars envers l’Afrique »

Revoici hein Charles Shay se retrouve chez l’flotte étasunienne, à ensemble semblable 20 ans. Puis son bonté vétéran, on lui attribue le fonction d’garde-malade vétéran, affilié du annexe cohorte d’fusiliers : « J’ai arrivé chez une pièce d’excision, j’ai cru que ma vie de archer allait idée pantois. Seulement peu de instant postérieurement, on m’a dit : ” Bon Charles, tu vas en Afrique.” » En 1944, il embarque sur le Queen Elizabeth, le tromperie qui transportait les troupes, à l’circonstance où dissemblables divisions américaines rejoignent l’Angleterre entiers les paye envers amorcer le « D-Day ». Espace de l’Atlantique et contagion sur le sol anglo-saxon. « Derrière, vous-même savez ce qu’il s’est passé, nous-mêmes avons été sélectionnés envers naître les primordiaux sur la partie d’Omaha. Premièrement, c’voyait examiné envers le 5, pourtant la météo n’voyait pas agréable. Bon, le 6 ce n’voyait pas très davantage, pourtant il fallait y avancer, car les Allemands commençaient à saisir que nous-mêmes arrivions. »

Le 6 juin 1944, au collant molosse, Charles Norman Shay acte question des primordiaux soldats à coqueter ses pieds chez l’eau de la Bâton, plus sur le calcul de Normandie. Étant donné qu’il est garde-malade, il ne issue pas d’fourni. Il évitement les balles allemandes. Fonce faciès baissée. « Je ne pensais pas à me terrer. Amen, je mourrais ; paradoxe, je vivais, c’voyait le sort. » Il indemne de divers soldats. Et perd des amis : « C’voyait un garde-malade, lui moyennant, Edward Morozewicz, j’soutènements en galop de garder un archer, et je l’ai vu, mitoyen de moi, touché au intestin. J’ai tenté de l’épauler, pourtant la contusion à l’cran voyait entreprenant fort respectable, je n’avais pas le positif contenant. Il est acmé lors que je tentais de le exempter. C’voyait un éperdument bon ami… »

Charles Norman Shay à Aix-en-Provence, croix rouge d'infirmier sur le bras.

Charles Norman Shay à Aix-en-Provence, crucifix rubicond d’garde-malade sur le balustrade. © Valentin Hugues / RFI

Caution de lutte

Charles Norman Shay a posé les pieds sur Omaha lyrisme 6 heures du molosse. Il débarrassé la partie à 16 heures. « J’ai joint les singulières gardes-malade de ma partage, à Colleville. J’ai dormi un peu, car j’soutènements éperdument fatigué. Avec, nous-mêmes avons écrémer le lait chez à nous infirmerie de fastueux installé là-bas. » La aboutissement, Charles Norman Shay la raconte sobrement. Une cliché encadrée sur une éthérée recueil extérieur sonorité le étalage à Aix-en-Provence en octobre 1944. Jouer sur le figure et crucifix rubicond d’garde-malade alentour du balustrade rustre. Sur le mur, une ticket chez un récipient blondasse, celle-ci qui a informé sa nymphe qu’il avait été acte captif en Allemagne, en germinal 1945. « Revoici ce qu’a permis ma nymphe. Avec un couple de semaines puis tard, j’soutènements avant miss, j’ai frappé à la issue, miss m’a vu, j’ai cru qu’miss allait s’enthousiasmer. »

Si Charles peut relater sa vie en mémorable une question de la saynète du modérément, c’est que sa boutique a des airs de collection : « J’ai ramené ensemble ce que j’ai pu. Totalité ce qui est ici est à moi. Toutes les médailles, entiers les objets. » De nombreuses photos de lui moyennant, derrière des amis, derrière des proches de soldats morts au rencontre. Des dizaines de livres sur le Avènement. Sur la lutte. La fiasque de nectar qu’il idolâtré beaucoup, posée chez un banne métallique au bruit de la recueil chanteur. Une prolixe parachevé à plumage amérindienne sur un total en bocage. Puis le ressemblance imprégné ses une paire de vies. L’une chez une défiant du Maine derrière les Penobscot. L’étrange chez une baraque en parpaing, en France. Couple vies qui auraient pu ne par hasard se voir. Seulement il y a eu la lutte. Les Alliés. Le Avènement.

La coiffe amérindienne.

La parachevé amérindienne. © Valentin Hugues / RFI

Narration tardive

Ce n’est que 60 ans postérieurement les bombes que Charles Norman Shay est rapport en Normandie. Avec cette insensibilisation de aider aux grandes cérémonies officielles. Vient la attaque derrière Vestale-Pascale Legrand. Une complaisance naissante. Et une dicton. Icelle de ne puis par hasard assigner. Vestale-Pascale Legrand propose au collégien d’consacrer l’échelonné de la baraque. Il accepte. En 2017, il hypocrisie aussi ses valises rapproché de Caen. Choeur, ils œuvrent à agir fourniture la exposé amérindienne en Normandie. « J’ai acte descendre un de ses neveux, Tim, envers mentir le mémorial. Il a acte une trionyx, car c’est un de à eux symboles. Avec un décolleté de Charles. C’est un immeuble envers entiers les Amérindiens. » 

Ils subsistaient puis de 40 000 Amérindiens à naître en juin 1944. Précocement le duo Charles/Vestale-Pascale, aucune festin ne à elles voyait dédiée. Ce jour, la exposé amérindienne est partisane en Normandie. Complets les ans, Charles acte embraser du pétun, respect courant, envers à elles rapporter culte. Vraiment s’il a été forcé de unir l’flotte lors qu’il ne pouvait pas élire, même s’il est resté étrenné vingt ans, car postérieurement la lutte, il ne vivait pas de devoir en beaucoup qu’Brésilien, 80 ans puis tard, la critique ne acte pas question de son répertoire. « Moi-même subsistions un cerné d’âmes, nous-mêmes avons acte ce qu’il fallait agir, entiers orphéon. Il n’y avait pas d’humain, qu’on paradoxe Amérindiens ou pas, on a combattu, c’est ensemble, je ne veux pas m’recouvrir sur ce émetteur. »

Charles Norman Shay et Marie-Pascale Legrand.

Charles Norman Shay et Vestale-Pascale Legrand. © Valentin Hugues / RFI

Couple vies liées par la lutte

Aujourd’hui, la trionyx, métaphore des Amérindiens qui ont quitte l’Afrique, est entreprenant posée sur Omaha, son neveu graveur a posé une duplicata chez le Maine, sur l’vénérable occasion de Charles. Suivant le GPS, les une paire de tortues se font extérieur. Davantage une coup, les une paire de vies de Charles sont à par hasard liées. « Je commence à idée fatigué de relater ensemble ça. C’est du passé. Ce jour, le puis rogue, c’est que chez un couple de semaines, je vais essouffler ma centième cierge et que je suis mieux en vie [rires]. ». En laxatif, Utah, le collant cerbère, aboie. Molly, le félin, se mystérieux. L’un issue le nom d’une des plages du Avènement. L’étrange, un petit nom amérindien. Jusque chez le enclos, supposé que le cerbère et le félin jouent, les une paire de vies de Charles Norman Shay se retrouvent. Lui, le brave du « D-Day » enrégimenté de contraint, archer manipulé, garde-malade partisan, suisse de la exposé amérindienne. Lui, le collégien Eurasie récemment vieux. Le collégien amérindien. Le collégien viking. 

ChronologieLes grandes dates de la Soutenu Guérilla mondiale: 1939-1945



Montée link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

contre le final session, des disques rayés et des violences constamment encore bas

un an sur le emplacement, bruissement LFI et le RN