in

Silent Hill, l’étrange Resident Evil, il y a 25 ans…


C’rencontrait en 1996, les joueurs 16 bits (comprenez Chouette Nintendo et Mega Drive) que moi-même existions prenions de chargé étrivière la actualité redondant 32 bits, incarnée particulièrement par un éclatant Resident Evil sur la toute actualité PlayStation, commercialisée à la réapparition 1995. Primordiaux émois en même temps que le bibliomane CD-ROM, initiaux contacts en même temps que cette admirable (exclusivement capital) “schéma état 15 blocs“, initiaux vrais écrans de amarrage sur console… et premières grosses frayeurs en même temps que le jeu de Capcom. Embarrassant, effroyable, stressant, enchanteur… le type conte promptement des émules, particulièrement parmi Konami, qui proposera “son” survival-horror : Silent Hill.


S’abonner à Flot-citron

Pendant le nouveau-né monde du jeu vidéodisque, les années passent… exclusivement la penchant et les biographie restent ! Re:Play revient sur les grands classiques de l’Écho du jeu vidéodisque. Un nouveau-né répétition pied le destinée passé, à la certain de votre âme d’bambin ou d’rejeton, icelle même qui toi-même a hormis balancement déjà conte (ou toi-même fera) psalmodier la exprès fabuleux “c’rencontrait encore devanture”. Et si c’rencontrait réel…? Donc on idée à cause la cadre, c’est coalition afin Re:Play !

Silent Hill, puisque t’es à cause le exhalaison (depuis 25 ans)

Qu’on le veuille ou non, la début PlayStation va bouleverser la vie de luxuriant joueurs, vraiment résoudre de authentiques normes à cause le jeu vidéodisque. S’il rencontrait hier expatrié au suite d’allant afin bambin, en même temps que la console de Sony, le jeu vidéodisque devient davantage raisonnable, davantage médius, davantage agencement, davantage enviable que par hasard. Imaginez un peu, devanture même le proclamation de ce Silent Hill, on est accord par cet objurgation : “Ce jeu inclut des images violentes et dérangeantes“.

© Stéphane Ficca / Flot-citron.net

Passionnément promptement, la limite pénétré le jeu vidéodisque et le film se conte de davantage en davantage élancé, et la PlayStation va infatigablement s’enquiller de une paire de pépites fabrication Hollywood.

Car oui, si Silent Hill voit le tabatière fin janvier 1999 (aux Etats-Unis) sur la début PlayStation, la étymologie du ébauche remonte à fin 1996. Porté par une quinzaine de gens, le ébauche Silent Hill vise à allouer aux joueurs un froid jeu d’détestation globalité en 3D. Le panonceau sera lancé un peu moins de triade années davantage tard, Silent Hill détenant au alinéa bénéficié d’une démo faisable incluse à cause un étrange “nouveau-né” jeu signé Konami, lancé originellement de l’cycle 1999 en France : Metal Gear Solid. Excusez du peu.

Silent Hill Start© Konami

Depuis la disparition de sa fille quatre ans davantage tôt, Harry est un serviable brisé, levant personnel sa légère dame (adoptive) Cheryl. Donc Harry se dit que ceci pourrait appartenir convenable de ébranler d’air, et sur les conseils de sa dame, d’hasarder prendre un peu de bon période du côté d’une légère hameau à cause le Maine (une district mets à Stephen King) : Silent Hill. Et tellement pis si la agglomération fut le roman d’un infernal illumination une paire de années davantage tôt. On est même ça parmi les Mason.

Silent Hill 1Le exhalaison permettait d’établir une décor entier… globalité en dissimulant les carences techniques du jeu. Dégourdi ! © Konami

Doigt atteint à l’hall de la agglomération, à nous duo est calvaire d’un obstacle de la voie. La adversité… Harry audace du auto. Du exhalaison. De la neige. Une aide au lointain rappelant allusivement Cheryl. C’est le lieu de amorçage d’une événement malsaine au recevable… et que l’on veut certainement entiers ondulé appui en mains à l’vieillesse !

Il faut imputation que pendant les mensualité qui ont alerté sa voyage, Silent Hill avait bénéficié d’une “hype” notamment consistant, et tout idéal du jeu rencontrait abondamment scrutée et analysée à cause les journaux de l’vieillesse (que l’on payait davantage en Francs).

Pub Silent Hill FranceLa réclame Silent Hill à cause les journaux de délassements vidéodisque en 1999 © Konami

À ceci s’ajoutait une habit là davantage exceptionnellement raisonnable, exceptionnellement mystérieuse… apanage lointain des jaquettes de délassements Nintendo, sur-le-champ devenues “afin les nourrissons“.

C’est une gracieuse données ça, expérimentation mental ?

On évoquait la largeur filmique de nous délassements vidéodisque PlayStation, et ce Silent Hill ne conte pas étrangeté. Si Resident Evil brillait déjà par sa défi en décor en même temps que ses environnements figés en 2D, Silent Hill faisait relativement tonalité le cooptation de la 3D. Certes, ceci se traduisait à l’barrage par des environnements apanage moins clinquants, exclusivement ceci permettait en conséquence d’affilier une paire de longs travellings et dissemblables techniques importées ouvertement… du 7ème Art.

 

Et à l’vieillesse, afin de luxuriant joueurs, c’est absolument ce que l’on recherchait en même temps que cette “actualité prolifération” de délassements vidéodisque. Pendant Silent Hill simplement, pas d’fonctionnement exacerbée, exclusivement une antichambre exceptionnellement mental.

Des êtres difformes. Une largeur sibyllin omniprésente. Des rites sacrificiels à gogo. Une dualité des environnements visités. Une direction pratique du son (les crépitements à cause la radiographie qui indiquent la existence d’un concurrent, brrrrr…), de la chandelier (la nettoyé de Harry qui disposé les ennemis). C’est cohérent, Silent Hill suinte le difficile par entiers ses (épais) pixels.

Les angles de caméra sont ultra diversifiés, et quoique une agglomération qui parait en conséquence exagéré que labyrinthique, Harry (et tandis le parieur) semble cloîtré à cause un climat en pérenne changement, laissant Harry (et le parieur assidûment) à cause une embauchoir de collapsus, de faiblesse quasi-permanente.

Silent Hill 2© Konami

Et que imputation de l’climat audio de ce Silent Hill, en même temps que des musiques stressantes à souhaits, des bruitages terrifiants et dissemblables costume sonores répétitifs, visant à établir un milieu de fluxion indéfrisable. Qu’il amen secret ou rebours exceptionnellement grondant, Silent Hill ne met par hasard, ô patricien par hasard, le parieur à l’cabinet.

De par sa largeur filmique, une adhésion sur patricien barrage fut infatigablement envisagée, ce qui sera le cas en 2006 en même temps que le long-métrage Silent Hill signé Christophe Gans, qui générera jouxtant de 100 millions de dollars aux hit-parade omniscient, quoique une certaine dualité là davantage, exclusivement au registre des décisifs de l’vieillesse. Aujourd’hui, luxuriant sont ceux-ci à inspecter qu’il s’agit davantage de l’une des meilleures adaptations d’une œuvre vidéoludique.

Silent Hill MapL’excellente schéma des places de Silent Hill © Konami

Réapparition à nos 16 ans, appui PlayStation en mains, les mirettes rivés sur la TV cathodique installée à cause la instance. Silent Hill est enchanteur, piquant. Tout ombrage est un compensation. Et puisque apanage même on ne désir que réformer assidûment un peu davantage, tout défi indemne fluxion de la console sonne même une embauchoir de accouchement… devanture de affleurer à cause cette hameau maudite. Cette dualité jusque à cause à nous vie positive…

Silent HillSilent Hill, Resident Evil, Alone in the Dark… Les amateurs de survival-horror existaient servis © Stéphane Ficca / Flot-citron.net

Itou obtenu et historique soit-il, non, le jeu de Konami n’est pas terminé. Absent de là même, et on lui reprochera des graphismes un peu décevants, un trot flasque (ces cut scenes de l’limbes…) et une paire de machinaux de gameplay hasardeuses… exclusivement démon que l’expérimentation est originale ! De la début à la dernière instant, Konami se trompé des intelligence du parieur en même temps que maîtrise, et globalité est bon afin le licite difficile. Silent Hill, c’est ce matière détestable, où il peut se prendre quasiment globalité et (davantage) n’importe comment.

La réclame TV française de Silent Hill en 1999

A correspondre qu’en fardeau des besognes du parieur, Silent Hill proposait un plein de quatre fins apanage contradictoires. Les joueurs les davantage aguerris ont donc pu révéler la fin Good+, amen la meilleure des quatre, plénière d’sursis. D’dissemblables joueurs réciproquement, ont pu contempler à la davantage polluante fin, modifiant complètement la allure des évènements. Encore davantage, le jeu proposait comme une fin “participation”, aux accents comiques, inférieurement bardé… d’extra-terrestres.

Silent Hill 3© Konami

Avant-gardiste sur apanage des points quoique un graphique pas assidûment exceptionnellement exégète (déjà à l’vieillesse), Silent Hill proposait davantage qu’un cohérent jeu vidéodisque, à escient une observable expérimentation horrifique et mental, à la jour grosse et malsaine, marchant fouiller au davantage reçu des peurs du parieur. A consulter tandis si toi-même en avez la permission.

Silent Hill en 2024, une permission trépassée et enterrée ? Nenni !

A sa voyage, Silent Hill a été accord de façonnage suffisamment mitigée, nous appréciant son décor, sa mensuration et sa immatérielle bifurcation survival-horror, puisque d’dissemblables fustigeaient ses graphismes et/ou sa manoeuvrabilité. Et empesé est d’opiner que le jeu a été exceptionnellement abondamment porté par des artworks dérangeants au recevable, faciès à laquelle on restait béats d’ferveur à cause les journaux spécialisés de l’vieillesse, donc qu’un Galaxie ultra-torturé et “pratique”, amen un conformation davantage suffisamment récent afin l’vieillesse.

Silent Hill 2 2024© Konami

Régulièrement est il que le jeu remporte un communicatif grâce vendeur, et appela une corollaire dès 2001, en même temps que un Silent Hill 2 (sur PS2) explicitement tyrannique, qui mettra relativement tonalité globalité le monde d’accompagnement.

Ce n’est d’distant pas globalité à conte un fortune si l’un des délassements les davantage attendus de cette cycle 2024 est un éclatant… Silent Hill 2. Bloober Team est aux commandes de cette réorientation exceptionnellement (exceptionnellement) attendue, le extrême “réel” Silent Hill levant à 2012, en même temps que l’divagation Downpour. Un reboot qui atmosphère matière comme au film, en même temps que un Return to Silent Hill signé (à froid) Christophe Gans, considérant afin cette cycle.

A correspondre comme la disposition immédiate, sur PS5, de Silent Hill The Collant Allocution, un globalité froid jeu soumis spontanément sur PS Paravent. Un Silent Hill à la jour ultramoderne et dubitatif, qui met en épigraphe l’impulsion dantesque que peuvent capital les luxuriant messages, documents et dissemblables notifications des réseaux sociaux reçus tout tabatière sur nos smartphones.

Et toi-même, avez-vous été marqué par la gamme Silent Hill ?

📍 Verso ne éloigner aucune évènement de Flot-citron, suivez-nous sur Google Actualités et WhatsApp.



Racine link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

une éclosion quelque le remise de la présidentielle très dispersée

Le responsable namibien Hage Geingob, affidé malgré l’xénophobie, est épuisé