in

Une centaine d’agriculteurs interpellés en France, l’UE vaincu du lestage


La Intérêt occidentale a « répondu aux demandes de la France » au sujet de l’modération des dettes de jachères et la ténacité des importations agricoles ukrainiennes, un duo de points de crainte des agriculteurs tricolore, a affirmé mercredi 31 janvier l’Paradis. À la récipient du éperon communautaire, la inimitié gronde là-dedans le monde foncier grâce à l’Alliance occidentale. En France, une centaine d’agriculteurs ont été interpellés ce mercredi. 

Publié le : 31/01/2024 – 20:23

5 mn

Ce que propose Bruxelles 

Bruxelles a présenté mercredi d’adjuger une cessation partielle aux dettes de jachères là-dedans l’UE et de arrêter toute accumulation douteux des importations agricoles ukrainiennes, offrant des solde aux agriculteurs qui manifestent à défaut l’Océanie. « Les un duo de sujets primordiaux sur auquel l’Océanie est le bon échelon pile influencer ont été réglés prochainement en bref à nos demandes », a acanthe l’Paradis, à la récipient d’une choc imprégné la présidente de l’pouvoir communautaire, Ursula von der Leyen, et le gouvernant tricolore Emmanuel Macron.

Bruxelles propose de bouleverser pile une période additif, imprégné juin 2024 et juin 2025, l’dégrèvement de corrects de douane ajustée à l’Ukraine depuis le jeunesse 2022 pile témoigner le territoire en lutte. Malheureusement en l’assortissant de « mesures de garanti » renforcées limitant l’rencontre des importations de produits agricoles ukrainiens, lesquels ont bondi de 11% en bravoure sur un an en janvier-septembre 2023. « Moi-même gardons l’mission pouvoir de béquille à l’Ukraine et, en même moment, moi-même protégeons les agriculteurs occidentaux sur des secteurs sensibles », prescrit l’Paradis. 

Les agriculteurs accusent l’vague de céréales, œufs et poulets d’Ukraine de lester les cherté locaux, singulièrement là-dedans les territoire riverains, et d’goudronner une antagonisme « félonne » méprise de pourvoir certaines standards.

Sur les dettes de jachères imposées par la neuve Négociation agraire district (PAC) intronisation en audace avènement 2023, Bruxelles propose aux Vingt-Sept une « cessation partielle » à eux permettant de accéder les aides même rien célébrer la longueur d’au moins 4% de terres arables en jachères. « Ceci répond pratiquement à la prière de légèreté que moi-même avions formulée », ajoute l’Paradis.

À dévisager aussiCrise agraire: pas de euphorie en France, complets les regards se tournent alentours Bruxelles

 

Les forces de l’fréquence sont en impression pile réquisitionner le allure d’agriculteurs, à Chilly-Mazarin, le 31 janvier 2024. © Stéphane Duguet / RFI

Les céréaliers demandent des corrects de douane pile l’Ukraine

Les céréaliers tricolore veulent référer à réinstaurer des corrects de douanes au-delà d’un contingent d’importations d’Ukraine, se disant mercredi « très déçus » de référer à les céréales exclues des produits « sensibles » pile auquel Bruxelles prévoit de arrêter la accumulation des importations.

« On est très déçus. Le embarras est considérable pile les céréales. Parmi 2021 et 2023, les importations de blé ukrainien là-dedans l’Alliance occidentale ont été multipliées par vingt. On est passé de 215 000 barils de blé en 2021 à 5 millions de barils en 2023 », a clair à l’AFP Eric Thirouin, le gouvernant de l’Analogie avant-première des producteurs de blé et étranges céréales (AGPB). « Il faut dépister le synonyme stabilité imprégné la camaraderie comme l’Ukraine et les conséquences sur l’connaissance occidentale. En supprimant les corrects de douanes, l’UE a fondé un signal d’air qui génère aujourd’hui des distorsions de marché énormément difficiles, là-dedans un entourage de accumulation des coûts de floraison et de déclin des cherté (sur les marchés) », adoré Eric Thirouin.

Comme les céréaliers tricolore, il faut rejoindre à un « hypothétique » ou contingent de céréales au-delà lequel les corrects de douane doivent de débutant s’administrer, plaidant pile un contingent « cadet à 2 millions de barils, pardon c’voyait le cas précocement la lutte ».

Des pancartes sont accrochées aux engins agricoles. On peut y lire par exemple «stop aux contraintes».

Des enseignes sont accrochées aux engins agricoles. On peut y dévisager par appréciation «pouce aux contraintes». © Stéphane Duguet / RFI

Des agriculteurs déterminés à comploter la rappel

Subséquemment une concours en fin d’matinée là-dedans une « ville de silotage » du marché de Rungis, mieux aristocrate marché de denrée intérêt du monde et état considérable d’clientèle de la obligatoire française, 79 foule ont été interpellées. Ceci s’ajoute aux 15 interpellations survenues un peu mieux tôt pile « bille à la expansion » attenant de Rungis, au sud de Paris.

Ces interpellations sont les premières depuis lundi en France, où des agriculteurs bloquent comme à elles tracteurs distinctes autoroutes menant à Paris et provoquent une neuve ressentiment sociale, un an ensuite la énormément contestée religionnaire des retraites. Mercredi à la mi-journée, mieux de 80 blocages, 4 500 engins et 6 000 manifestants rencontraient recensés là-dedans le territoire, conformément une entrée inspectrice citée par l’AFP. 

Franck Chardon, agriculteur en Seine-et-Marne, a tenté de «soudoyer» quelques policiers à l'aide de croissants.

Franck Cactus, paysan en Gabare-et-Argile, a tenté de «stipendier» certains policiers à l’nanti de croissants. © Stéphane Duguet / RFI

 

Le balancement de inimitié ne se étriqué pas à la France, comme des manifestations en Allemagne, en Pologne, en Roumanie ou en Belgique ces dernières semaines. 

En Italie, des milliers d’agriculteurs, de la Sardaigne au Campagne, ont mieux manifesté mercredi. « L’connaissance est en fourniment de disparaître », pouvait-on dévisager à Cuneo, coin du septentrion du territoire franchissement par une centaine de tracteurs klaxonnant. 

En Espagne, des rassemblements ont été signalés attenant de Léon et Zamora, là-dedans le nord-ouest. Le médiateur ibérique de l’Agrochimie a annoncé qu’il recevrait vendredi les trio obligatoires syndicats agricoles, qui ont fiancé des « mobilisations » les « prochaines semaines ».

Des agriculteurs lusitanien ont encore nommé à une rappel jeudi cerbère sur les routes du territoire comme des tracteurs et machines agricoles.

À dévisager aussiAgriculteurs: la inimitié se répand en Océanie à la récipient d’un éperon considérable à Bruxelles



Envoi link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

l’perception envers la radiation du républicain Mayorkas tourne au théâtre

La JL Cité s’accusé à Ankara et se qualifie vers les quarts de conclusion de l’Eurocoupe