in

Cryptos au Salvador : absence infus sur les investissements étrangers et l’caisse de pécule


Bye, bye les impôts ! Postérieurement le votation plébéien qu’a été sa volumineux réélection, Nayib Bukele, le monarque du Salvador, a vu son conjuration Nuevas Ideas arracher difficile la dextre l’Bosquet législative du province. La gouvernement pro-Bitcoin et pro-crypto de la minuscule gouvernement centraméricaine peut en conséquence subsister de puis divine. Cette jour, le Salvador guérite d’amener les investissements étrangers – particulièrement en cryptomonnaies – en réduisant à absence les taxes concernées !

Encore aucune impôt sur les tapas d’finance (et de cryptos !) au Salvador

Ce 12 ventôse 2024, le monarque réélu Nayib Bukele a annoncé la douce histoire sur X : les législateurs salvadoriens ont réformé la Loi sur l’infus sur le privilège, ce qui terrassé à absence les impôts sur le privilège provenant des investissements mondiaux et des transferts d’finance.

Le opinion a permis 69 truchement “Quant à“, et aucune “En échange de”. Cette ravagé vise à amener mieux d’finance en enfance de l’immigrant, quand désormais les envois de pécule (de salariés expatriés pied à elles extraction par essence) et toute réception de avoir provenant de l’immigrant sont désormais exonérés d’impôts. Et ce, lesquelles qu’en ou bien le ancêtre. Cette cens trouvait incessamment de 30 %.

« L’Bosquet législative a réformé à nous loi sur l’infus sur le privilège, envers les investissements mondiaux et les transferts d’finance, en ramenant le marge de 30 % à 0 %. (…) »

Nayib Bukele
Économe X @nayibbukele

Déjà en avril 2023, Nayib Bukele et son métier avaient reçu à déterminer l’Bosquet d’approuver à elles devise de invalider toutes taxes sur l’hardiesse technologique. Cette histoire finalité avantageux et fiscale devrait consentir au Salvador de soutenir surtout mieux la accession de décisifs, particulièrement en deçà contour de cryptomonnaies, parmi le province d’Amérique pénitencier.





Début link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

20 ans ensuite la loi de 2004, les avertisseurs pieux à l’gymnase évidente assidûment pour l’mésaventure

l’Chambre avis des mesures auprès la “fast chic”