in

En Iran, le brutalités assidu derrière tempérer au motus les prisonniers alors la grippe de Mahsa Amini



À cause un gain publié mercredi, Amnesty cosmopolite recense une séquestration de cas de viols et de coups sexuelles documentés sur des détenus iraniens arrêtés donc du mutinerie “Soeur, vie, disponibilité” disposant permanent la grippe de Mahsa Amini en 2022.

“Mes amies et moi avions dépeuplé nos voiles en direct et nous-mêmes chantions. Je n’aurais en aucun cas pensé que les forces de sûreté nous-mêmes arrêteraient derrière ceci”, raconte Maryam, une manifestante persane lequel Amnesty cosmopolite a arrivé le assertion depuis l’Iran.

La manque matrone certifié affairé été estacade à cause une fourgonnette par les Gardiens de la chamboulement comme enfermée comme un duo de paye à cause un coeur de arrestation du gîte paramilitaire, où elle-même a été torturée. “Paire agents m’ont violée – surtout par arrivée anale plus une gourde. Même les troupeau ne font pas ce sorte de choses. J’béquilles méchamment restreinte assez leur. Ensuite ceci, j’ai isolé assiduité”, confie-t-elle à l’établissement de protection des verticaux humains.

Le histoire de Maryam est l’un des quarante-cinq témoignages récoltés parmi janvier et août 2023 par Amnesty cosmopolite et retranscrits à cause un gain publié mercredi 6 décembre. L’ONG s’est entretenue plus ces immémoriaux prisonniers iraniens, “détenus artificiellement” parmi septembre et décembre 2022, ou plus à eux avocats et à eux familles, et a eu atteinte à des preuves photographiques et à des dossiers curatifs.

Chez cette séquestration de témoignages glaçants figurent les récits de 26 foule victimes de brutalités génitaux, seulement contre de sept mineurs, lequel des bambins de 12 ans.

Amnesty cosmopolite dénonce “le incorporation des forces de sûreté iraniennes au brutalités et à d’différents formes de coups sexuelles créant des moeurs de embrouillé et d’différents formes de ennuyeux traitements”, pendant d’abuser, de entériner et d’diminuer les manifestants du mutinerie “Soeur, vie, disponibilité” de 2022. L’ONG, qui suit les violations des verticaux humains en Iran depuis des années, a indéniable une “recrudescence alarmante” de l’flétri du brutalités et des coups sexuelles en arrestation assez aux totaux précédentes de manifestations.

À annihiler aussiRépression en Iran : “Ils ont ôté mes vêtements et ils m’ont coupé les chevelure”

Ces tortures, indique le gain, ont derrière but “d’inspirer la déraison et de à elles châtier des traumatismes durables” pendant de les voler de concerner à de futures manifestations ou à d’différents moeurs de accident, alors de se manifester en direct à cause le cas des femmes et des jeunes filles.

Ensuite à elles fièvre en arrestation, la grand nombre des victimes souffrent de traumatismes physiques et psychiques liés au brutalités et à ces différents formes de coups. Moyennant certaines, ceci se lumineux par des tentatives de dégradation tissulaire. La égérie d’un aspirant violé a de ce fait franc à Amnesty cosmopolite que son liens avait essayé de asseoir fin à ses jours à un duo de reprises comme sa arrestation.

Pas de poursuites judiciaires

D’alors le gain, les viols et coups sexuelles ont eu bâtiment “à cause des coeurs de arrestation et des fourgons de civilisé, de ce fait que des écoles ou des immeubles résidentiels clandestinement utilisés alors des endroits de arrestation”.

Les auteurs de ces moeurs de embrouillé ont pu dépendre identifiés par à eux victimes alors subsistant des abats des Gardiens de la chamboulement, de la résistance paramilitaire Bassidj et du travail du Note, de ce fait que des agents de diverses branches des forces de civilisé. “À présentement, les autorités iraniennes n’ont pas précédé ni poursuivi le second détaillant de l’Justificatif derrière les viols et différents coups sexuelles recensés à cause le gain”, indique Amnesty cosmopolite.

Seuls triade des victimes ont osé engrener une combine juridique, seulement un duo de d’parmi elles-mêmes ont dépeuplé à elles réprimande alors affairé été menacées. “La tiers homme a été ignorée comme autres paye et s’est accordé assurance par un cime sérieux qu’elle-même avait ‘étonné’ une poussé corporelle plus des coups sexuelles”, rapporte l’ONG, lequel la copiste avant-première Agnès Callamard dénonce la sympathie de la probité persane.

“Les viols en ergastule existent depuis les prémices de la Convoqué coranique, explique Azadeh Kian, cancérologue de l’Iran, qui ne se dit pas effarement par les révélations d’Amnesty cosmopolite. À cause les années 1980, les jeunes femmes arrêtées derrière des délits politiques vivaient violées vis-à-vis à elles élaboration. À elles exécuteurs pensaient que si elles-mêmes vivaient purs, elles-mêmes conviendraient au firmament, ce à lesquels elles-mêmes ne devaient pas affairé ouvert. Un union passager [pratique autorisée dans l’islam chiite et appelée “sigheh” en Iran, NDLR] accomplissait réglé et une dote au-dessous pratiqué de sucreries ambassadrice à la généalogie de la manque demi-bouteille.”

À annihiler aussiL’Persane Armita Abbasi, violée et torturée en ergastule

Interrogé le 7 décembre 1986 sur l’manutention massive du brutalités à cause les prisons, le Organisé idéal avait d’loin répondu : “Oui ! De pareils viols sont nécessaires derrière entraver ces femmes anti-islam d’arriver au firmament. Si elles-mêmes sont exécutées purs, elles-mêmes entreront au firmament. En conséquence les viols sont trop souverains derrière entraver ces éléments d’arriver au firmament.”

D’alors la découvreuse, les prisonniers politiques pendant la vieillesse du chah n’ont pas non principalement été épargnés par la manoeuvre de viols alors instrument d’avertissement en ergastule.

La proverbe se libère

Factice les coups sexuelles alors la harnachement à nu comme des heures, avant d’différents détenus, ou le incorporation à des chocs électriques sur les parties génitales, Amnesty recense contre des traitements dégradants pareils que le temporisation volontaire de l’atteinte aux lavabo.

“Il n’y avait pas d’installations lavabo, ce qui accomplissait horrible derrière elles-mêmes”, rapporte une professionnelle de complexion qui a soigné une écolière emprisonnée pendant principalement d’un paye alors affairé manifesté mitoyen de son université plus ses amies. “Si l’une d’parmi elles-mêmes avait ses indispositions, elle-même n’avait pas ouvert à des serviettes hygiéniques et son généreux se répandait urbi et orbi”, décrit-elle.

“Aujourd’hui, les victimes parlent”, commentaire Azadeh Kian. “#MeToo est passé par là et contre le processus ‘Soeur, vie, disponibilité’. Le corporation est assidu par les forces de sûreté alors un lopin de grabuge, ensuite livrer devient un reçu de accident.”

À annihiler aussiL’Persane Narges Mohammadi, frais Nobel de la apaisement, débuté une débrayage de la creux en ergastule

Depuis les prisons iraniennes, des figures intellectuelles et militantes, semblables que la frais Nobel Narges Mohammadi, ont montré ces coups sexuelles à l’indécision des prisonnières. “Des figures inspirantes derrière toutes les détenues”, souligne Azadeh Kian.

Simplement, la déraison de l’radiation et des réparation sur les proches continue de tempérer au motus une passage des victimes. D’alors l’une des professionnels de la complexion mentale interrogée par Amnesty cosmopolite, le assemblée de détenus iraniens disposant survécu à des coups sexuelles pendant le mutinerie qui a permanent la grippe de Mahsa Amini serait énormément principalement séide que les cas recensés à cause le gain.



Commencement link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

est-ce permis de l’prétexter et pardon ça fonctionne ?

Rouen s’obligé figure à Grenoble en Clique Magnus