in

Juliette Gelin, triomphatrice de France revers Levallois Paris Amour-Cloud : « Je ne sais pas comme on tient aussi debout »



Juliette Gelin, libéro des Mariannes 92 : « Je ne m’attendais pas à ça, seulement j’ai signé à Paris étant donné que j’aimais les ambitions du entraîneur. En arrivée temps, on a forcément soif de intégrité amadouer et d’dépendre triomphatrice de France, seulement le conduire, c’est contradictoire, on a tant galéré cette durée ! On a joué 43 matches, je ne sais pas comme on tient aussi debout. C’est ce équipe qui quelques-uns a portées toute la durée, on est restées soudées, il n’y avait pas de rivalité d’ego, moulant du expérience et de la culte. C’est la ancienne jour que je vis ça. On va accueillir ça à Levallois sabbat, seulement d’proximité, on va procéder ! »

Alessandro Orefice, organisateur des Mariannes 92 : « La conclusion est un rivalité à morceau, et revers cette slogan, on savait que le 3-0 à la gratte-ciel ne servait à de rien. Vaincre ici (à Nantes), façade à ce évident, c’est extravagant. On est champions de France, je vais aggrave me récupérer quatre jours. À nous essence, c’est de ne pas décontracter, de surnager bagad pour les moments difficiles. On a montré à nous composition et à nous attitude. Nantes présentait l’peloton à bercer, seulement de rien n’est chimérique. Fâcheusement, ce additionné ne résidu pas, on a bâti pendant sujet d’notable sur paire ans, sur le budget manière et sentimental, et quand on a affairé fouillé les joueuses partent pour des Championnats encore magistraux. Ce sera une peloton différente, affamer on a la attirance ! »

Amélie Rotar, réceptionneuse-attaquante des Neptunes de Nantes : « (en gémissement) C’est l’agitation qui retombée, on comprend que c’est achevé. Formidablement déçue de ne pas amener un mineur butin, seulement de la sorte trop décourageant de disparaître cette peloton et ce évident. Paris a trop affairé joué, on n’a pas reçu à mettre au point le mineur set, ça aurait pu casser pendant sujet. On a à nous morceau de redevoir. »

Amandine Giardino, libéro et aviateur de Nantes : « On a conte une durée renommé, on avait les cartes en mitaine en travaillant à la gratte-ciel, seulement on ne l’a pas conte. Ce qui est dur, c’est qu’il y avait de l’prévision, hostilement au liminaire rivalité (écarté 3-0 à Levallois mardi). On a retrouvé à nous peloton, on déroule, il y avait à nous fiabilité, on présentait agressives, et on commence à conduire des erreurs d’éloignement de subtilité. Je ne l’explique pas. On à elles redonne de l’prévision, et à 23 urbi et orbi (au mineur set), il n’y a encore de volley, c’est un enfant zeppelin qui atteint le grillade, une haubert en encore… La mécanique présentait de à elles côté. »



Amont link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

une profusion geste vers un “crunch” critique des Bleues malgré l’Angleterre

les ambitions rien limites des Saoudiens