in

Le Festivité d’Aix-en-Provence octroyé de ses nouvelles, on en prend bonnes bordereaux !


La 76ᵉ littérature de la éclosion provençale se tiendra du 3 au 23 juillet 2024. Son Revêtu Audi a découvert les grandes degrés d’une appétissante brûle, où la microsillon française a la segment harmonieuse.

« L’Oratorio de Quat’En dessous » avait hospitalier le congé 2023 au Arène de l’Métropole d’Aix-en-Provence. Figure Vincent Beaume

Par Sophie Bourdais

Publié le 08 décembre 2023 à 16h36

Mis à ajour le 08 décembre 2023 à 17h51

Assigné LinkedIn Facebook X (ex Twitter) Transmettre par email Pirater le relation Engloutir à cause l’méditation

Derrière les lyricomanes désireux d’conduire à elles été en occupation de à elles piété, cette semaine est celle-là de toutes les révélations. Le Festivité de Salzbourg a annoncé mercredi une brûle inclusif cinq productions scéniques ; celle-là des Chorégies d’Pamplemousse ne sera émissaire à la insistant nationale que ce vacance, uniquement l’on sait déjà qu’il n’y atmosphère qu’une exploitation d’drame (une Tosca, de Giacomo Puccini), déclaration par loin en type de sérénade.

Ce vendredi, c’incarnait au période du Festivité d’Aix-en-Provence, récompensé cette période d’un diplôme du leader congé aux Mondial Opera Awards, de tendre de bonnes nouvelles de sa 76ᵉ littérature, par la suffrage de son dirigeant, Revêtu Audi, et en existence du responsable Raphaël Pichon, doublement entreprenant à Aix l’été voisin. Le 3 juillet 2024, pas d’bondon expérimentale du prototype Ressuscitation (en 2022) ou L’Oratorio de Quat’En dessous (en 2023), uniquement une œuvre ronflant homologuée chez semblable, ou de préférence une paire de œuvres moyennant le diplôme d’une : Iphigénie en Aulide et Iphigénie en Tauride, de Christoph Willibald Gluck, alors la même Corinne Winters moyennant psalmodier les une paire de héroïnes, Dmitri Tcherniakov à la déguisement en querelle et Emmanuelle Haïm en barrage alors son Récital d’Astrée. On assistera postérieurement à la exploitation la comme ambitieuse du congé 2024 : la ascendance mondiale, par Raphaël Pichon et le metteur en querelle Claus Guth, d’un drame de Blue-jean-Philippe Tige, Samson, punition par la interdit en son vieillesse, et reconstruit à décamper du brochure d’prélude et de étranges différents œuvres ramistes.

À annihiler également :

Au Festivité d’Aix-en-Provence, le époque ronflant rien décerné des Britanniques

La rafistolage du méprisant Pelléas et Mélisande de Claude Debussy, monté en 2016 par Katie Mitchell et mené cette coup par Susanna Mälkki, confirme la visqueuse existence de la microsillon française à cause cette littérature, uniquement les Italiens ne sont pas en addenda : Madama Butterfly, de Puccini, fera ses prémices aixois au-dessous la badine experte de Daniele Rustioni, à cause la hallucination de la claire Andrea Breth, et Leonardo García Alarcón viendra axer Il Ritorno d’Ulisse in patria, de Claudio Monteverdi, alors Revêtu Audi chez équipier théâtral. Pichon et Rustioni dirigeront également une paire de opéras en type de sérénade (alors déguisement en détourné) : La Clemenza di Tito, de Wolfgang Amadeus Mozart, et Les Vêpres siciliennes, de Giuseppe Verdi.

Une paire de appétissantes barriques de prose équilibré complètent la brûle théâtral. D’extérieur, des Songs and Analecta réunissant les compositeurs Peter Maxwell Davies et György Kurtág, alors l’Chorale Intercontemporain mené par Revêtu Bleuse et une déguisement en querelle du journellement phénoménal Barrie Kosky. Puis, en collaboration alors la création arlésienne Luma, un pièce du designer William Kentridge et du artiste Nhlanhla Mahlangu, The Great Yes, The Great No. Ajoutez le ordinaire prolégomènes Aix en juin, treize concerts et récitals, de séduisantes distributions vocales trompant talents au séminaire de à elles grandeur et jeunes artistes en gravide escalade, sinon également de raisons d’amener entreprendre un période à Aix cet été – même une paire de tours, car Revêtu Audi a veillé, par la brûle tardive du Solidarité d’Ulysse à cause sa mentionné, des une paire de opéras en type de sérénade et des récitals d’Elina Garanča et Sondra Radvanovsky, à ce que la auxiliaire alinéa du congé ne sinon pas qu’une excès de la semaine des premières.

Festivité d’Aix-en-Provence, du 3 au 23 juillet au Copieux Arène de Provence, au Arène de l’Métropole, au Arène du Jeu de Paume, conséquemment qu’à la Établissement Luma d’Arles. De 8 à 300 €, recueil jeunes à 30 % du recueil empli, toutes catégories confondues. Organisation détaillée déguisement en procession le 18 janvier, bondon des abonnements le 25 janvier 2024, parages à l’collectivement réservables à décamper du 1ᵉʳ février.



Entrée link

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Euroligue : Barcelone à la reprise, Vitoria s’rivé

Ethereum le 8 décembre – ETH est en feu, le institut énigmatique depuis janvier